barre horizontale




11 mars 2012

Le vent de la plaine de John Huston : Audrey Hepburn en jeune Indienne

Alors qu’il ne semble rester des Indiens d’Amérique, dans l’imaginaire collectif, que des attrape-rêves et des imprimés à la mode, il n’est pas inutile de se replonger dans la conquête violente de l’Ouest de temps en temps. «Le vent de la plaine» est le seul vrai western de John Huston, avec Audrey Hepburn et Burt Lancaster, on peut être sûr que ça vaut le détour. Bien qu’il faille un peu d’imagination pour croire que l’actrice puisse évoquer une Indienne, le pitch est le suivant : Rachel a été adoptée par des colons, les Zachary, qui l’ont élevée comme leur fille, avec leurs trois fils. Un vieil homme, poussé par la folie de la solitude et du passé, vient rôder près de la colonie raconter que Rachel n’a pas été trouvée dans un chariot, mais dans un tipi… Or le racisme est profondément ancré dans les mentalités de ces colons : l’histoire peut débuter.

La réédition du film est une bonne surprise, d’abord parce que Audrey Hepburn dans un western, il fallait y penser, ensuite parce que l’alchimie avec Lancaster fonctionne parfaitement. Ensuite, les bonus sont intéressants : on y retrouve les problèmes classiques des tournages au milieu du désert et de la poussière, mais aussi la cascade d’évènements qui font de certains d’entre eux des tournages maudits.


 Ainsi l’ambiance étrange de protection de la mafia (Huston est au Mexique pour plusieurs raisons, mais l’une d’entre elles est clairement le pillage archéologique), la chute de cheval de l’actrice enceinte qui perd son enfant, les rivalités Huston-Lancaster, devenu réalisateur, et évidemment la difficulté de gérer Audie Murphy (Cash Zachary), un des soldats les plus décorés de la seconde Guerre Mondiale, mais qui ne s’est depuis plus jamais arrêté de tirer…

Le vent de la plaine de John Huston (d’après un roman d’Alan Le May) - Opening/Filmedia 2013

1 commentaire :

  1. Merci pour nous faire découvrir une autre pépite Hepburn !

    Et récemment vu avec cette chère Audrey, Charade, dont la musique d'Henry Mancini est un délice...

    RépondreSupprimer