barre horizontale




26 mars 2012

Les madeleines littéraires et artistiques de Catherine Meurisse

C’est bien connu, c’est dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures soupes.
Quoi d’étonnant, dès lors, à ce que Catherine Meurisse convoque les grandes figures de nos Beaux Arts, comme de nos Belles Lettres (Diderot, Delacroix, Sand, Gautier, Baudelaire, Zola, Cézanne, et puis Proust, Balzac, Picasso enfin...) pour, facétieusement, relever quelques détails savoureux de leurs rapports !

D’où ce titre : «Le pont des arts». Logique.
Et, puis, selon un second proverbe, on ne change pas une recette qui plaît, n’est-ce pas. L’auteure reprend celle qui a séduit l’année passée, avec «Mes hommes de lettres» (album déjà publié aux éditions Sarbacane).

Elle nous raconte donc, à sa sauce, c’est-à-dire dans un style enlevé, les soirées de Nohant (ponctuées d'hilarants «Maurice, tes coudes», de George Sand à son fils), comment «L’oeuvre» a brisé l’amitié de Zola et Cézanne, la lâcheté de Picasso au moment du vol de la Joconde...
 
Les plus grands lui inspirent des dessins croqués comme sur le vif, à la manière de chroniques mondaines spirituelles.
Bien évidemment, comme après chaque délicieuse nourriture, on en reprendrait bien, on en reprendra donc encore si Madame Meurisse souhaite peindre devant nous … pourquoi pas les rapports des sciences et des arts, l’année prochaine ?


« Le pont des arts » de Catherine Meurisse – Sarbacane 2012


Delacroix dissertant sur Ingres auprès du fils de George Sand © Catherine Meurisse

3 commentaires :

  1. Charmant !

    On aime tous croquer les croquis de madeleines !

    RépondreSupprimer
  2. Ce billet me rappelle cet ouvrage que j'avais noté, dans un recoin lointain de ma tête désorganisée. J'espère que Georges Sand y est longuement traitée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'intervient que dans un chapitre, mais c'est un des plus amusants !

      Supprimer