barre horizontale




5 avril 2012

Quand David inventa Bowie : Ziggy par Néjib

«Haddon Hall - Quand David inventa Bowie» est une bande dessinée réalisée par Néjib, parue il y a peu aux éditions Gallimard. Depuis quelques années, on voit fleurir les biographies en BD, et le rock n’y échappe pas.

Voilà donc le début de la carrière de Bowie, racontée par l’âme de la maison qu’il loue avec Angie en 1969, Haddon Hall, dans la banlieue de Londres.

C’est précisément la genèse de l’album «The Man Who Sold the World» qui est retracée, très documentée : ils sont tous là, de près ou de loin, les collaborateurs, les musiciens, les amis : il faut dire aussi que certains vivent/squattent même à Haddon Hall. A ce moment-là, c'est encore le flower power qui mène la danse et la bande s'essaie à la vie en communauté.
La BD accorde également une place à la relation entre David et son frère schizophrène, relation qui a inspiré Bowie («All the mad men» sur «The Man Who Sold the World» justement).

L’ambiance de la fin des années 60, le début des seventies, des Stooges, les remises en question de Lennon, tout cela captive le lecteur - même si on connaît l’histoire. Le dessin est très, très proche de celui de Joann Sfar, au début, cela m’a presque gênée, mais en fait Néjib développe néanmoins un style qui lui est propre, que cela soit sur le plan de la narration, avec d’amusants intermèdes, ou sur le plan de la composition, en usant de grandes illustrations rompant le rythme.

dessin © Néjib - Gallimard


Si vous êtes férus de cette période, cette immersion psychédélico-nostalgique ne peut que vous plaire !

«Haddon Hall - Quand David inventa Bowie» de Néjib - Gallimard 2012

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire