barre horizontale




12 avril 2012

La Splendeur des Charteris : l'Angleterre décadente de Stéphanie des Horts

Suite à mon billet sur Le diable de Radcliffe Hall, j’ai eu la chance d’être contactée par la romancière herself, Stéphanie des Horts donc. Par un beau vendredi, le 30 mars précisément, je me suis rendue dans un restaurant investi par le Service littéraire qui proposait moult rencontres publiques, et j’ai donc pu discuter avec la charmante écrivaine. N’ayant pas encore lu «La Splendeur des Charteris», Stéphanie des Horts me l’a dédicacé, et je l’ai rapidement dévoré. Mais… diantre ! Stéphanie des Horts a-t-elle une double vie ? Que fait-elle vraiment, une fois sa journée de journaliste terminée ? Ou va-t-elle chercher les raffinements cruels de ses intrigues, et affûter son humour british ?

L’intrigue de ce roman est proche de celle du «Diable de Radcliffe Hall», ainsi ceux qui apprécient l’un apprécieront l’autre, et inversement. Ils se déroulent en effet dans le même milieu aristocrate dégénéré où l’on joue à qui sera le plus snob, dans la lignée d’un ancêtre célèbre et révéré. L’auteure tisse une intrigue de sexe et de sang, mais toujours avec humour !
Stéphanie des Horts s’amuse des références classiques à l’histoire et à la littérature anglo-saxonnes, comme des symboles culturels, à commencer par le titre du livre qui n’est pas sans évoquer un célèbre film d’Orson Welles...

Au début du livre, Nicky, ami du fils de la maison, arrive pour l’été chez les Charteris. À travers ses yeux, nous découvrons cette famille de l’upper class désœuvrée au point de s’enthousiasmer pour Hitler. Tour de force de l’auteure, car il faut de la finesse pour faire sourire, malignement, de cet aveuglement aussi grand qui cautionne l’ascension du dictateur nazi. Dans cette ambiance fin de règne, les mœurs sont déréglées et Nicky a bien du mal à conserver l’exclusivité de sa promise…
 
Roman historique, roman noir, dans «La splendeur des Charteris», l’Angleterre des années 30 se fourvoie sous nos yeux, et il serait dommage de bouder son plaisir.

«La Splendeur des Charteris» de Stéphanie des Horts - Albin Michel 2011

Ailleurs, une autre chronique du livre, en vidéo.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire