barre horizontale




12 mai 2012

Le "Charivari" british de Nancy Mitford

Une belle perle que cette découverte de … 1935 ! Présente sur toutes les tables des libraires, le «Charivari» de l’aristocrate anglaise Nancy Mitford est donc en poche un an après sa réédition en grand format. Pendant longtemps, cette histoire était indisponible.

Autant de nos jours il est possible d’écrire à peu près n’importe quoi sur ses contemporains, même s’ils sont reconnaissables, et même s’il portent presque le même nom dans la vie et dans le livre, autant pendant les décennies passées, si un proche était agacé par votre livre, vous aviez tendance à en retarder les prochaines livraisons. Ce qui s’est passé pour ce «Charivari», dans lequel l’auteure se moque de cette aristocratie désoeuvrée qui crie «Heil Hitler» parce qu’une gamine imaginative joue à la politique. Or  le personnage en question était inspiré de deux de ses soeurs, et après la Deuxième Guerre mondiale, Nancy Mitford jugeait que son livre était de toute façon trop leste. Pour ceux qui suivent le blog, cette période d’avant-guerre nauséeuse et inconsciente rappellera sans doute «La splendeur des Charteris». D’ailleurs, en y repensant, je suppose que la petite dernière des Charteris est elle-même inspirée de l’histoire de ces sœurs !
 
Tout ceci étant dit, le pitch est le suivant : deux dandys se retrouvent dans le même hôtel qu’une duchesse ayant abandonné sa noce et son amie, dans une petite ville qui subit le charme vénéneux d’une héritière, Eugenia, voulant relever l’Angleterre… Enlevé, spirituel, c’est un livre vraiment drôle, même si le personnage d’Eugenia a acquis du fait de l’histoire une dimension tragique, puisque sa démesure annonce celle de la Guerre.

«Charivari» de Nancy Mitford - 10/18 2012

2 commentaires :

  1. La rose et le lilas aurait-elle un faible pour les oeuvres de fiction (hum... pas si fictionnelles que ça à vrai dire!) se déroulant pendant l'entre-deux-guerres ?

    C'est en tout cas pour mon plus grand plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est pas fini... voir ma prochaine note mardi ;)

      Supprimer