barre horizontale




3 août 2012

La collection Netter exposée (pour partie) à la Pinacothèque

Quel est le point commun entre Modigliani, Soutine, Utrillo, Valadon, Vlaminck et Kisling aussi ? Un collectionneur discret, un mécène empressé, un amoureux des arts : Jonas Netter. Au début du siècle dernier, ce dernier est un vrai découvreur de talents. C’est en partie grâce à sa générosité que le génie de ces peintres aujourd’hui illustres nous est parvenu. Une partie de sa collection est actuellement exposée à la Pinacothèque de Paris.

Je n’y étais jamais allée, un peu rebutée par la lecture d’une presse un peu exigeante et qui s’étrangle régulièrement en évoquant le prix des expositions de ce musée privé et la faiblesse de son appareil critique. De ce point de vue, j’ai rapidement compris que ces critiques étaient tout à fait justifiées. Le prix de l’entrée peut décourager (entre 8 et 10 euros), et quant à l'appareil critiquer… Rien sur la technique de ces maîtres, sur leur apport à la peinture, sur leurs sources d’inspirations ! On apprend certes qu’untel terrorisait son entourage ou que l’amie d’un autre se suicide enceinte, mais enfin, les panneaux de valorisation sont d’une telle indigence !

Reste que les tableaux, eux, sont incroyables. Malgré la foule qui se presse dans les locaux de la Pinacothèque, les mauvaises conditions dans lesquelles on aperçoit les toiles exposées, on est saisi par la poésie d’Utrillo, les nus de Suzanne Valadon, la douleur qui explose des toiles de Soutine.

On découvre également d’autres peintres de ce Montparnasse d’après guerre (celle de 14 bien sûr) qui regorge d’artistes. Alors, admirer ces peintures est une chance. Elle vaut la visite. Mais ne perdez pas patience à tenter d’approcher les textes !

Jusqu'au 9 septembre 2012.

La collection Jonas Netter
Pinacothèque de Paris
28 Place de la Madeleine
75008 Paris

2 commentaires :

  1. Ah, la Pinacothèque... je déteste les conditions d'exposition, et les panneaux sont en effet souvent peu satisfaisants, mais les oeuvres exposées sont souvent splendides. J'ai beaucoup aimé cette expo Netter, ainsi que, plus récemment, l'exposition Hiroshige (des estampes absolument magnifiques - mais un apparat critique très faible, voire faux)

    RépondreSupprimer
  2. Il n'empêche que Modigliani à La Pinacothèque, ca faisait sens. Moi j'attends toujours le catalogue Raisonné de M. Restellini (il en parle sur le site de son institut http://www.restellini.com/modigliani-restellini/

    RépondreSupprimer