barre horizontale




29 septembre 2012

Rien n'est trop beau : le Sex and the city des 5O's

Comme Caroline, une des héroïnes de "Rien n'est trop beau", Rona Jaffe a débuté dans l'édition tout juste sortie de Radcliffe en habitant encore chez ses parents.

Elle était bien placée pour écrire ce roman qui dépeint un New York qui change, avec ces filles qui espèrent échapper à une vie morne en ne se rendant parfois pas même compte que cela implique et engendre l'émancipation de toute une génération. Certaines sont plus ambitieuses que d'autres, certaines plus romantiques. Dans le best-seller de l'écrivaine, Caroline, Barbara, Gregg, April (et bien d'autres) sont des symboles d'une Amérique en pleine mutation. On est loin du féminisme des Débutantes : nous sommes dans les années 50, et si les femmes travaillent, elles rêvent avant tout d'un mariage qui assurerait leur confort économique et social.

Mais cette publication de 58 doit sans doute son succès immédiat à avoir abordé l'avortement, le harcèlement sexuel et la virginité, toutes choses comme dit Caroline que l'on évoquait pas entre gens bien élevés, mais qui étaient les préoccupations de millions de femmes.

Rien n'est trop beau, Rona Jaffe - Le livre de poche 2012

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire