barre horizontale




22 octobre 2012

"W./E. : Wallis & Édouard" : à (re)voir avec émotion !

Eh oui, Madonna a réussi son pari. Certes, le film a été déprécié par toute la critique, avide de lui dénier la capacité de réaliser une œuvre cinématographique de qualité, par on ne sait quel mouvement d'un snobisme caricatural - et tellement prévisible. Et pourtant, "W./E. : Wallis & Édouard" est un beau film !
Faut-il voir dans ce rejet, également, le rejet d'un film de femme ? Le rejet d'une écriture de l'Histoire du point de vue des femmes ? Je ne prêterai pas à toutes les critiques ce rejet-là. Néanmoins, parfois, une certaine misogynie - plus ou moins latente - est perceptible.

"W./E. : Wallis & Édouard" raconte en effet deux histoires entrecroisées. Celle de Wallis Simpson et de son histoire d'amour avec le prince Édouard, devenue affaire d'État, et celle de Wally Winthrop qui, plusieurs décennies plus tard, trouve réconfort et courage dans l’évocation de la vie de l’amante du prince.
Il faut lire les critiques masculines pour comprendre qu’ils méprisent le personnage de cette femme méprisée et battue par son mari...

Andrea Riseborough est Wallis.
 
Estimer comme le journaliste de Première que Madonna est fascinée par les princesses est ridicule. Le film rend hommage aux femmes qui trouvent, malgré leurs doutes et leurs peurs, le courage d’être libres dans un monde d’hommes…Et si cela est si évident, c’est que le jeu des acteurs est parfait. Tous excellent, et si cela n’avait pas été le cas, tous les décors et les costumes (extraordinaires) n’auraient servi à rien… Par ailleurs la musique aussi doit être saluée : Abel Korzeniowski a créé une bande-son émouvante, qui évoque parfaitement la romance complexe et saturée des deux protagonistes. Madonna, ici aussi, a bien choisi.
 
Il faut espérer que la sortie du DVD donne au film le public qu'il aurait dû trouver lors de sa sortie en salles...

"W./E. : Wallis & Édouard" de Madonna avec Abbie Cornish, James D'Arcy, Andrea Riseborough, Oscar Isaac, Richard Coyle, James Fox, Judy Parfitt - StudioCanal 2012

2 commentaires :

  1. On fait payer à Madonna ses derniers concerts bâclés... Mais en effet c'est un bon film !

    RépondreSupprimer
  2. En effet, tu as un point de vue différents mais c'est d'autant plus intéressant de le lire :)

    RépondreSupprimer