barre horizontale




9 janvier 2013

La place royale : la fureur de vivre à la Comédie Française

Actuellement est donnée une œuvre de jeunesse de Corneille à la Comédie Française : «La Place Royale».
Je crains qu’à l’heure où j’écris ces lignes, les places ne soient rares, surtout avec Denis Podalydès dans le rôle titre, celui d’Alidor.
Mais enfin, ces dernières années, les pièces montées au Français ont souvent été montrées deux saisons de suite, donc ceci peut rester d’actualité un peu plus longtemps que prévu.

«La Place Royale» de Corneille, donc. Une écriture de 1634, un lustre toujours éclatant.

Voici la présentation qu’en fait le théâtre : «Place des Vosges, à Paris. Angélique et Alidor sont unis par une passion réciproque. Si tout va pour le mieux, c’est sans compter l’extravagance d’Alidor qui aime moins sa maîtresse qu’il n'idolâtre sa liberté. Le philosophe amoureux manœuvre donc pour se défaire d’Angélique et la donner à Cléandre, son meilleur ami.»
 
Cela commence trop mal pour se terminer assez bien. Et si la pièce est censée être une comédie, et que l’on rit, l’on songe avec ce décor années 60-70 à «la Fureur de vivre» et devant ces manipulations amoureuses au couple Sartre-Beauvoir. Quant au monstre d’égoïsme qu’est Alidor, il tend un miroir à une incapacité tout à fait actuelle de concevoir le compromis et l’existence de l’autre dans le couple dont jusqu’à l’idée même devient insupportable.
Terriblement et tristement moderne.

Jusqu’au 13 janvier.

Comédie Française - Théâtre du Vieux-Colombier
21 rue du Vieux-Colombier
75006 PARIS

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire