barre horizontale




4 janvier 2013

Tabou : I had a farm in Africa...

Tabou - Miguel Gomes
 
Meilleur film de l’année 2012 pour bien des journalistes ciné, prix de la critique internationale au dernier festival de Berlin, «Tabou» de Miguel Gomes est incontestablement une très grande réussite. D’abord, il y a la magie du noir et blanc, qui donne immédiatement un cachet incroyable, une élégance à l’image. Les contrastes, qui déjà structurent très fortement le film, n’en sont que plus marqués. Entre passé et présent, Afrique et Europe, passion et désenchantement du monde, amour et regrets. Entre les deux parties du film, de nos jours d'abord et puis pendant les sixties.
Ensuite, bien sûr, le jeu impeccable des acteurs. Une évidence à dire, mais sans cela il n’y a pas de bon film. Enfin, mais surtout, mais totalement, cette histoire d’amour passion, d'amour interdit, qui vient troubler la moite quiétude de la fin de règne portugaise sur une colonie - peu importe laquelle. «I had a farm in Africa», les premiers mots dans «Out of Africa» de Karen Blixen résonnent forcément à nos mémoires lorsque s’ouvre la deuxième partie du film, plongée dans les années 60 dans ce coin perdu de l’Afrique Méridionale où les dominés commencent à ourdir une révolte...
Et il y a ce bébé crocodile, cadeau aberrant, qui ne cesse de s’enfuir... Tout un symbole !

Tabou, de Miguel Gomes ; avec Teresa Madruga, Laura Soveral, Ana Moreira, Carloto Cotta - actuellement en salles

Vous pouvez aussi lire les belles critiques du Monde et du New Yorker.

2 commentaires :

  1. J'ai oublié de te dire : il faut aller voir Le monde de Charlie ! Dans un registre très différent... Je crois même que pour une fois je vais faire d'un film un petit billet !

    RépondreSupprimer
  2. Bon eh bien je vais suivre ton conseil ! J'étais hésitante mais je te suis ! Et je te lirai ! Merci pour tous tes petits mots :)

    RépondreSupprimer