barre horizontale




22 février 2013

Réécrire Magazine : l'interview !

Réécrire, «magazine sur la culture visuelle et les arts interdisciplinaires» est un bel objet web. Son graphisme est soigné, son contenu léché, pointu.
On y trouve pas mal de graphisme, de photographie, forcément, mais aussi des artistes officiant dans des domaines improbables : par exemple, savez-vous ce que fait un tatoueur de murs ? Hein ? Eh bien, c’est réussi, et original. Comme tout ce dont  «Réécrire» se fait l’écho… Découvert grâce aux joies de la sérendipité, j'ai voulu en savoir plus ce «Réécrire», en grande curieuse que je suis.

Voici donc pour vous, ici même, une interview d' Olivia Zeitline, qui préside à la destinée de ce magazine virtuel.


© Chloé Desvenain alias Fakepaper

ONE Olivia, cette description du magazine te convient-elle ? Y a-t-il quelque chose à ajouter, retrancher, déformer ?
 Réécrire est un très jeune magazine Web, il nexiste réellement que depuis le mois de janvier 2013. Actuellement je sélectionne et jexplique les travaux de plasticiens mais la version définitive (qui sortira en mars) fera des liens entre arts visuels et culture, sexe, musique, danse, mysticité, pratiques numériques Toujours autant dimages mais beaucoup plus de textes ! Pression !
L'identité graphique est de ma super copine et talentueuse graphiste Chloé Desvenain alias Fakepaper. Le logo est issu dune typographie qui illustre la réécriture. 
© Chloé Desvenain alias Fakepaper

Avant, jorganisais principalement des événements visuels dans des lieux tels que le Barbershop, le Café A (un ancien couvent des Récollets), la Bellevilloise ou la café caché du 104. Au départ, en 2010, jai commencé par organiser des expositions collectives principalement avec des graphistes et des illustrateurs puis jai voulu donner un aspect interactif aux événements soit par des performances, des projections ou des installations in situ. Cest comme ça que jai rencontré le collectif A&M, les tatoueurs de murs ! Ils ont dessiné en direct pendant 2 jours lors dun événement Réécrire au Café A une grande fresque modulaire composée de 64 panneaux A3. Ca a été un des plus beaux événements. Le public pouvait repartir avec des morceaux de la fresque. Puis ils ont réalisé des grands animaux en 3D sur les murs du café caché ! Je garde des ces expériences l'envie d'aller chercher de jeunes artistes pour les faire découvrir au public. Je suis une chasseuse !

TWO Le magazine, l’agence de production d’évènements artistiques, c’est un grave conflit d’intérêt dans le cortex. Gardes-tu ta subjectivité dans l’organisationnel, ton objectivité dans la critique ? Ou inversement ? 
En fait, pour être plus précise, Réécrire c'est un projet artistique de magazine relayé par des événements et je suis en train de créer en parallèle une société qui propose des contenus culturels aux marques et entreprises et une mise en relation avec des plasticiens. Je n'ai pas encore de nom pour cette agence mais ça ne sera pas Réécrire car je veux garder une totale indépendance de sélection dans ce projet personnel. Par contre, c'est sûr qu'il y a des liens entre ces deux activités car c'est grâce à Réécrire que je rencontre les artistes.

Olivia tient une sculpture en papier de Dai Dai Tran.

THREE Comment rencontre-t-on un directeur artistique qui travaille avec un dresseur de chat multicolore ?
Par hasard, dans le cadre d'un projet de scénographie que j'avais imagine sur le « Sample » (sample/ pratiques visuelles et sonores). Avec Thomas de Burnin music qui m'aidait sur la programmation musicale on avait rendez vous avec Blackjoy un mardi matin dans un café de Strasbourg St Denis. Il a pensé à Arthur King et l'a appelé. Le projet n'a pas été retenu mais j'ai pu faire son interview.
FOUR Comment te rencontre-t-on, toi ? Y a-t-il une marmite du graphisme dans laquelle tu es tombée petite ? Et d’abord, t’as quel âge ? Tu ressembles à Nicki Minaj ?
Haha non je ne suis pas tombée dans la marmite du graphisme petite, j'adorais dessiner mais je me suis retrouvée en Droit et j'ai même eu mon diplôme d'avocat. Je n'aimais pas ce métier, à la sortie de l'école j'ai arrêté et je voulais monter mon projet culturel. J'ai commence grâce à Philippe le patron du Barbershop qui m'a permis de monter environ une vingtaine d'expo dans leur lieu et à François Goupil tout juste sorti de Pennighen qui m'a appris plein de choses. Bon et sinon ma mère est peintre, une de mes sœurs est illustratrice et l'autre est costumière.
FIVE Comment vivait-t-on dans un monde sans «Colette», sans «Paulette», sans geekettes, avant ?
Je crois que les filles ont toujours du mal à se réaliser véritablement et à s'en penser capables. Du coup, celles qui s’émancipent et font ce quelles aiment font rêver les autres.
 
© Chloé Desvenain alias Fakepaper

SIX Le magazine va faire peau neuve en mars. Va-t-il se faire tatouer, ou recouvrir d’une pelisse de chat multicolore ? Peux-tu nous donner une idée de Réécrire 2.0 ?
§ Le graphisme va rester le même par contre on va sortir une nouvelle arborescence qui permet une lecture plus facile.
§ De nouvelles collaborations avec des illustrateurs et dessinateurs qui donneront lieu à une édition de tee-shirts.
§ Une newsletter mensuelle avec un guide des expos à Paris.
SEVEN Dis quelque chose de gentil aux lecteurs de Vivelaroseetlelilas. Moi je les maltraite déjà trop.
Aimez vous les uns les autres dans la paix du Christ… :-)

Merci encore à toi Olivia pour avoir si gentiment accepté de répondre aux questions spéciales que j'avais concocté, et vivement mars, je rêve des t-shirts.

4 commentaires :

  1. Han, mais... Vive la rose est très en forme cette semaine ! Sur le fond et sur la forme (Nicki Minaj....). Ravie de découvrir ce magazine et sa fondatrice dont on envie l'esprit d'initiative...et de chasse ! (beaucoup trop de ponctuation dans ce post. !:;.!!?)

    RépondreSupprimer
  2. (dans ce commentaire. MON commentaire je voulais dire. Hein.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais saisi ;-)
      Mais de toute façon, je suis ouverte à la critique ;-P

      Supprimer
  3. Personnellement je trouve les nouvelles inventions typographiques bienvenues pour la lecture du blog !

    RépondreSupprimer