barre horizontale




29 avril 2013

"On ne dessine jamais assez", disait le peintre Jean-Jacques Henner...

La visite du Musée Jean-Jacques Henner n’était pas prévue lorsque je l’ai faite. Je voulais aller au Musée Jaquemart-André, rêver à Venise. Mais cela impliquait plus d’une heure et demi de queue pour relativement peu de rêve au milieu d’une foule très dense. J’ai donc traversé le parc Monceau et c’est au Musée Henner que j’ai rêvé «Sensualité et spiritualité». C'était il y a plusieurs mois déjà... Mais l'exposition se termine bientôt, en juin, le 17 même, donc il est grand temps que j'en parle.

Jean-Jacques Henner (1829-1905) n’est pas un artiste très connu du grand public aujourd’hui. Et pourtant il fut longtemps considéré comme un peintre majeur, et un de ses tableaux a particulièrement marqué son temps. En effet, il a peint en 1871 une toile célèbre : «L’Alsace. Elle attend», après la perte de ce territoire transféré à la souveraineté allemande. «L’Alsace. Elle attend» a fait l’objet d’une diffusion patriotique et nationaliste intense. Le cartel indique que Gambetta la désignait comme «sa fiancée». Ce petit tableau est visible dans le musée, au premier étage et c'est à lui tout seul une grande leçon d'Histoire.
Ceci étant, la célébrité dont cet artiste a joui était sans doute encore davantage due à ses nus de rousses, magnifiques tableaux empruntant à Rembrandt mais aussi aux préraphaélites pour dégager des silhouettes à la peau de lait entourées par des halos de cheveux…


Jean-Jacques Henner, Madeleine dans le désert, 1874


 «Sensualité et spiritualité», est un accrochage proposé jusqu’au mois de juin 2013. L’exposition est présentée ainsi : «Composée de cent quatorze oeuvres, peintures et dessins, elle a l'ambition de renouveler le regard porté sur la peinture religieuse de Jean-Jacques Henner. Grâce aux prêts importants consentis par plusieurs institutions françaises et à la collection du musée, elle permet de saisir comment Henner aborde le sujet religieux, entre représentation sensuelle et profonde spiritualité.»

Ce n'est, heureusement, pas une exposition pour laquelle il faut acheter ses billets à l'avance. L'admiration qui vous saisit devant la beauté des toiles réclame une certaine solitude, dont on dispose à loisir. Et si on peut déplorer que le Musée, rénové depuis 2009, ne soit pas davantage fréquenté, égoïstement on profite de cette discrétion pour goûter cette recherche de l'absolu autant que de la perfection artistique.

«Sensualité et spiritualité - La recherche de l’absolu»
edit juillet 2013 : l'exposition est prolongée jusqu'au 16 septembre 2013 
Musée Jean-Jacques Henner
43, avenue de Villiers
75017 PARIS

Jean-Jacques Henner, Le Bon Samaritain, 1871-1872

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire