barre horizontale




1 avril 2013

Une pensée pour Denise Epstein…

La romancière et ses deux filles, Denise et Elisabeth - Irène Némirovsky Archive/IMEC

Denise Epstein, une des deux filles d’Irène Némirovsky, est décédée en ce lundi de Pâques à Toulouse.

On doit tant à son travail, à son dévouement à l’œuvre de sa mère, déportée en 1942 lorsque Denise avait treize ans. En grande partie grâce à elle, qui a notamment sauvé le manuscrit de «Suite Française», prix Renaudot 2004 et qui sera prochainement adapté au cinéma, la romancière a trouvé sa juste place dans le Panthéon des lettres françaises du XXème siècle.
 
Irène Némirovsky travaillait à «Suite Française» au moment de sa déportation, qui a précédé de peu celle de son mari.

En 2010, un arrêté a déclaré la romancière «Morte pour la France» et ses droits d’auteur ont été, en conséquence, prolongés de 30 ans.

Les consécrations ont été largement posthumes pour Irène Némirovsky, comme le Renaudot en 2004.

Saluons la mémoire de Denise Epstein qui a contribué au rayonnement français et international de l’œuvre de sa mère.

Vous trouverez tous les billets consacrées sur le blog à l'écrivaine ici.

1 commentaire :