barre horizontale




3 mai 2013

Labyrinthes (in)conscients au coeur du buisson maudit ...


Depuis le 20 mars et jusqu’au 3 novembre 2013, l'Abbaye de Maubuisson permet aux visiteurs curieux et même intrépides d’allier comme jamais expérience de l’art et expérience de soi.
Les Frères Chapuisat qui créent toujours « in situ » proposent en effet dans ce bâtiment du XIIIème siècle une installation que l’on peut se contenter d’appréhender au sol, mais que l’on peut aussi tester « hors sol », si je peux me permettre la plaisanterie.
 
Mais qu’est-ce donc que ces entrelacs de bois dans lesquels on pénètre quasiment dès le pas de l’abbaye cistercienne ?

Certes, « Maubuisson » viendrait de « buisson maudit » et les Frères Chapuisat ont puisé dans cette légende pour créer cette forêt de bois brut, d’arbres ou de branches partant du sol pour se jeter vers les cieux – pardon, vers les voûtes de l’édifice, nous obligeant à regarder beaucoup autour de nous, nous forçant à nous perdre dans des espaces pourtant fort restreints, mais surtout en nous poussant à regarder vers le haut. Dans ces hauteurs, il y a un labyrinthe. Ce labyrinthe, si vous souhaitez en faire l’expérience, et que vous ne venez pas un dimanche (affluence à prévoir), vous pourrez vous y introduire. Mais attention, car se promener sur la cime des arbres, près des cieux, n’est pas sans danger. Un parcours « facile » est proposé, et un autre, apparemment plus oppressant, plus physique aussi est possible.
 
Ainsi c’est une exposition à double niveau, qui se visite comme une introspection que l’on nous propose, sans nous l’imposer puisque finalement trois modalités de visite sont possibles : le sol, le labyrinthe facile, et le labyrinthe ardu. Faut-il y voir une métaphore sur l’ascèse ? Faut-il y voir la difficulté du métier de vivre, faut-il y déceler à des références au travail sur soi ?

 
Bien des considérations pourraient être tenues sur les modalités de construction utopistes des Frères Chapuisat, mais je préfère vous renvoyer à l’article du Monde, toute paraphrase étant à proscrire.

Abbaye de Maubuisson – Exposition Le Buisson Maudit
avenue Richard-de-Tour
95310 Saint-Ouen-l'Aumône

2 commentaires :

  1. Je rêve de me replonger dans une installation des Chapuisat ! Ils étaient passés à Chamarande, une saison, comme une confrérie onirique... J'en ai conservé jalousement un petit bout de tasseau! Et j'avais appris que les Frères Chapuisat ne sont pas du tout frères au sens de l'état civil. Anecdote...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est vrai, il y a un artiste seul qui réunit autour de lui des gens très différents, qui restent quelques temps ou davantage dans l'aventure... pour un seul ou plusieurs projets, parfois le moment qu'il faut pour se reconstruire ou expérimenter quelque chose de nouveau.

      Supprimer