barre horizontale




12 mai 2013

Le temps de l’aventure : le temps de l’ennui ?

Alix est actrice. Elle nous évoque un peu le personnage de Clara, jouée par Anne Alvaro dans «Le goût des autres». Un théâtre de province - Calais -,  des soucis d’argent, une certaine lassitude. Mais la passion du jeu, de l’entrée en scène, comme dans l’arène. C’est là-dessus que s’ouvre le film : elle s’y jette pour jouer Ibsen.

Plus tard elle prend le train pour Paris, pour une audition, et dans ce TGV qui roule vers la capitale, improbable rencontre, ses yeux s’attardent sur un homme plus âgé qu’elle. Quelque chose se passe, quelque chose qui est peut-être de la curiosité, peut-être du désir.

Ce film ne commençait pas trop mal. «Le temps de l’aventure», c’était un beau titre, prometteur. Emmanuelle Devos, Gabriel Bryne, a priori, pas trop de risques.

 

Mais en se donnant des prétentions raciniennes (unité de temps, de lieu, d’action), le film peine à convaincre. Cette histoire a été présentée dans la majorité des médias accompagnée de critiques dithyrambiques s’extasiant devant une extraordinaire histoire d’amour, mais tout ce que j'ai vu c'est un banal et improbable plan cul. Ces deux êtres qui se dévorent des yeux puis des sens, sans souci du lendemain le jour d’un enterrement ne m’ont guère émue. Lorsque ce souci du lendemain, du devenir advient, on comprend que leur rencontre-même fait obstacle à l’hypothèse d’un avenir, d’une histoire.
 



Tout ceci aurait sans doute pu donner lieu à un film réussi. Mais en fait, on s’ennuie ferme. Les dialogues sont d’une platitude rare - quand ils existent, car l’essentiel est censé passer par des regards lourds de signification (laquelle ?) -, et si Emmanuelle Devos a déclaré en interview que «chaque instant est dilaté» dans cette œuvre, on a envie de répondre : mais quel dommage !

Bref, une «journée particulière» ratée. Vous allez dire que l’on ne me contente guère facilement actuellement, mes derniers billets ont été plus souvent des coups de gueule que des coups de coeur…


«Le temps de l’aventure», de Jérôme Bonnell, avec Emmanuelle Devos, Gabriel Bryne, Aurélia Petit et Laurent Capelluto - actuellement en salles

8 commentaires :

  1. Comme quoi, tous les goûts sont dans la nature car ce film m'a énormément émue. J'ai trouvé ça juste et très beau, très touchant.

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi je n'ai pas été touchée par ce film, mais tu n'y vas pas par quatre chemins! lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce n'est guère mon humeur actuellement la modération, et puis j'ai trouvé les critiques tellement surfaites que je n'ai pas hésité.

      Supprimer
  3. De Bourges, je peux te dire que j'ai le même avis que toi sur ce film, qui était pourtant prometteur en effet vu l'affiche.
    J'ai aussi pensé à "Une Journée particulière" en le voyant, tout en me disant combien le chef-d'oeuvre d'Ettore Scola lui est infiniment supérieur, avec pourtant les mêmes critères et le même type de construction narrative.
    Mais comparons ce qui est comparable, sourire.

    RépondreSupprimer
  4. "Plan cul"! C'est vraiment exagérer !
    Faut-il qu'une histoire soit vraisemblable pour vous toucher ?
    Moi, j'ai trouvé ce film touchant ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une critique est forcément partiale. Beaucoup de choses invraisemblables me touchent, mais quand on s'inscrit dans une dynamique racinienne, ce que j'ai été loin d'être la seule à relever, la vraisemblance est en effet un élément important. Et puis, les scènes au lit, le désir, sont une grande partie du film sans qu'il y ait beaucoup d'éléments narratifs à côté. Donc je revendique cette expression, sans doute un peu choc.
      Vous avez le droit de trouver le film touchant, j'ai le droit de le trouver prétentieux.

      Supprimer