barre horizontale




6 mai 2013

Loin des yeux ... Luke Pearson écrit et dessine aussi pour les grands.

Après la mélancolie d’Automne, de façon complètement masochiste j’ai eu envie de me remettre une couche de mélancolie sur le coeur.
Je me suis procuré allègrement chez le même éditeur de qualité, Nobrow, «Loin des yeux», récemment traduit en français.
Encore un bel ouvrage, format intermédiaire original (je parlais il y a quelque temps de cette variété des formats des BD indépendantes...), papier épais, composition délicate...
L’allégresse est vite retombée. Non pas parce que la bande dessinée, ou plutôt, le roman graphique me décevait. Non, mais le thème, la fin d’une relation amoureuse et ses conséquences psychologiques, n’a rien de réjouissant. Je l’avais, cependant, totalement cherché : lorsque j’ai vu l’album orange et noir, les deux personnages se tournant le dos et l’air triste, je savais à quoi m’attendre.
 
Son auteur, Luke Pearson, nous prend par les sentiments, avec une sensibilité rare et sa noirceur est d’une poésie qui fait écho aux plus belles phrases de la littérature : «Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.» écrivait Musset.

Au delà de la rupture amoureuse, l’auteur nous parle aussi de l’étrangeté de notre monde avec un doux regret et une dose d’onirisme. D’une société où, chacun, à un moment, «rate sa chance». D'ailleurs, en anglais, le titre du livre est bien «Everything we miss»...

«La nuit est pleine de ces heures de repos agité, alors que le temps lui-même, engourdi de sommeil, se met à ralentir.»

Extrait de la quatrième de couverture. Luke Pearson - Nobrow

Petite info pratique : vous trouverez facilement le livre en librairie, alors qu’il est indisponible auprès de bien des vendeurs en ligne… No comment.

«Loin des yeux» de Luke Pearson - Nobrow 2013

1 commentaire :

  1. Oh, ça ma semble superbe, je prendrais bien une tranche de cette mélancolie-là...

    RépondreSupprimer