barre horizontale




22 mai 2013

Whaligoë : inspiration romantisme noir pour une BD intriguante

« Whaligoë » : cette BD m’avait attirée, joli bleu fantastico-gothique, intrigue qui sentait bon la naphtaline décadente, et puis paf, retirée des tables des nouveautés elle m’était sortie de la tête. Par un hasard comme seules les recommandations sur Internet savent les produire, elle m’est revenue devant les yeux, et je suis allée me la procurer dans un chouette magasin où les noms des employés bientôt licenciés se déploient tristement dans la vitrine… Et je me suis dit qu’il fallait que je n’utilise plus certaine librairie en ligne qu’en cas d’extrême urgence.

Bref, revenons à notre BD. Nous sommes en 1815, dans un petit bled du fin fond de l’Ecosse, Whaligoë, le paysage est typique du roman gothique anglais (pléonasme ?), il y a des voyageurs un peu égarés et complètement fuyards, évidemment des aristocrates, et chouette, des artistes (dépravés, forcément). Le romantisme noir joue ici à pleins tubes.
 
Ce premier tome d’une série que j’espère interminable nous plante un beau décor de lande triste comme dans les livres des sœurs Brontë, avec l’atmosphère lourde de menaces des romans de Bram Stocker, Washington Irving, Sheridan le Fanu, Ann Radcliffe (liste non exhaustive) et des films qui s’en sont nourris (Dracula, Sleepy Hollow, etc, liste non exhaustive !).

Je ne vais pas vous raconter ce qui n’est que le début d’une saga.
Mais vous devinez que la bourgade n’est pas si paisible qu’elle en a l’air, et que les ennuis ne font que commencer pour le couple de Lord Douglas et Speranza.
 
Au dessin, une belle ligne claire et élégante, celle de Virginie Augustin et au scénario, Yann. Les couleurs, superbes, sont de Virginie Augustin et Fabien Alquier.

Vivement la suite !

Pour la petite histoire, je pense que le titre de la série se réfère à un lieu-dit en Écosse, « The Whaligoe Steps », un escalier creusé dans une falaise et qui comporte autant de marches que de jours dans l’année...

«Whaligoë, T.1» – Yann, Augustin et Alquier, Casterman 2013

© Yann -Virginie Augustin - Fabien Alquier - Casterman

4 commentaires :

  1. La question demeure: comment prononcer ce nom? Je suis sûre que c'est le sujet qui les fâche, le nœud de l'histoire! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ça, je pense que tu es bien plus à même que moi de le dire avec un bel accent ;)

      Supprimer
  2. Une bande dessinée qui m'a beaucoup plu également. J'ai hâte de lire la suite.
    Tu avais eu l'occasion de feuilleter leur adaptation BD des Hauts de Hurlevent?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. absolument pas, je ne connaissais pas même son existence (honte à moi)
      je vais réparer cette négligence coupable ;o)

      Supprimer