barre horizontale




9 juin 2013

Take this Waltz : bovarysme à Toronto

« On s'en va parce qu'on a besoin de distraction, et l'on revient parce qu'on a besoin de bonheur. » Margot (Michelle Williams), l’héroïne de «Take this Waltz» ne connaissait pas cette citation de Victor Hugo, et pourtant,… Ses copines de piscine l’avaient prévenue : toujours, ce qui est nouveau devient vieux, un beau jour : «new things get old».

Enième avatar d’Emma Bovary, Margot, 28 ans, est mariée depuis cinq ans avec Lou. Le hasard lui fait rencontrer un voisin, Daniel, qui manie avec dextérité aussi bien son vélo-taxi le jour que ses pinceaux d’artiste la nuit.
«Take this Waltz» n’est pas sorti au cinéma en France, et si j’ai eu envie de voir ce film,  tout juste disponible en DVD et à la location, c’est d’abord parce que Michelle Williams (qui devient véritablement incontournable, entre «Brokeback Mountain», «I'm Not There», «Blue Valentine», «My Week With Marilyn»), ensuite parce que cela me semblait un peu plus original qu’une comédie romantique dans laquelle, forcément, Daniel serait un bien meilleur partenaire dans la vie que Lou. 
 
Ce film n’est pas «Cinq ans de réflexion», et je voudrais pas trop vous «spoiler», car si Margot finit par se lasser d’un brun pour aller vers un autre brun, cela ne se fait pas dans sans dureté, sans tristesse.

Michelle Williams est Margot.
 Le film souffre de quelques longueurs, certes, mais il montre le quotidien d’un couple, ce quotidien à la fois ciment et lierre du mariage, à travers le regard d’une femme perdue, qui n’attire pas toujours la sympathie. Tous les acteurs sont très justes, et Sarah Silverman, une actrice que je ne connaissais pas m’a épatée dans son rôle secondaire de mère courage qui se bat contre son alcoolisme, rempart contre l’ennui. Car pour elle, Margot choisit la fuite. La réalisatrice filme ses personnages sans naturalisme excessif, mais sans attendrissement non plus.
 
Plus qu’un film sur le désir amoureux, plus qu’un drame psychologique, «Take this Waltz» est un film sur le temps du couple : fulgurance des premières fois et dilatation de l’habitude.
La plus belle scène est emblématique du film : elle est tournée dans un manège.

Michelle Williams (Margot) et Luke Kirby (Daniel).

5 commentaires :

  1. À défaut d'être sorti en salles en France, le film aura tout de même réussi à faire parler de lui sur certains de mes blogs préférés - ce qui suffit à attiser ma curiosité.

    RépondreSupprimer
  2. Tu me donnes très envie avec ta critique de ce film! J'avais adoré Michelle Williams dans my week with Marilyn et my blue valentine.
    Je vais essayer de me le procurer rapidement! Merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien :) J'espère qu'il te plaira, n'hésite à revenir nous faire part de ton avis !

      Supprimer
  3. j'ai pris le temps de lire ta chronique, tu es moins enthousiaste que moi (j'ai pas vu du tout les longueurs) mais dans l'ensemble on est dans le même esprit...heureusement qu'il y a les blogs pour parler des films inédit en salles!!! bonne soirée à toi

    RépondreSupprimer