barre horizontale




25 juin 2013

Trash Cancan : après le blog, l'histoire croustille sous la dent aux éditions du Chêne


«Trash Cancan», c'est un nom qui vous parle peut-être. Vous aimez l’Histoire ?
Vous êtes plutôt humour noir ? Les intrigues, guerres et supplices de la royauté française sont une distraction bienvenue après une journée de travail ennuyeuse à souhait ?


Alors alors c'est certain, un jour ou l'autre, vous avez parcouru «Trash Cancan», un des deux blogs de Caroline Guillot - ou bien je vous le fais découvrir et vous pouvez vous y ruer dès à présent.

L'illustratrice, en plus de «Des poules et des pois», blog girly moins mièvre que ceux de ses consœurs du top de la blogosphère féminine - si l’on excepte le ton cru d’une Margaux Motin, bien sûr-, était déjà fort amusant. Mais avec son projet «Trash Cancan», il est vite devenu évident que Caroline avait trouvé sa vocation.
En rappelant à notre bon souvenir les reines sanguinaires, nos Elisabeth Bathory à nous et les rois tyranniques, les Ivan le Terrible de nos contrées , elle a décoiffé sérieusement le net en proposant quelque chose d'inédit : on se cultive, on rit (jaune), on devient vite accro -autant à ce qu’elle raconte qu’à son trait de crayon, très reconnaissable.
C’est grâce à une communauté d’aficionados reconnaissants,  à laquelle j’appartiens, que le blog doit son Golden Blog Award : le sésame vers l’édition d’un bel album tout à fait fourni, aux éditions du Chêne.
41 personnages hauts en couleur, en méfaits et névroses en tout genre, nos souverains, des Mérovingiens aux Bourbons. Saviez-vous qu’il n’est absolument pas prouvé que Berthe avait réellement de grands pieds, quant à Dagobert, la chanson populaire masque la cruauté de ce roi. La petite histoire de la royauté faisant la Grande Histoire de France avec ses guerres, ses annexions, ses successions sordides,...
Nombre d'anecdotes parsèment également le livre, tout en noir, blanc, et rouge sang bien sûr.
Et puis il y a ces pages où Caroline Guillot propose au lecteur «du rab» ou de «jouer», retrouver quelle femme n’a, en vérité, pas compté dans la vie de Charlemagne par exemple. Évitez toutefois de faire participer vos jeunes enfants, rien de très candide dans tout ça !

Bref, j’ai retrouvé l’esprit du blog dans un bel objet, qui s’apparente aux antimanuels que l’on a vu fleurir - la ligne claire en plus !


Retrouvez l’interview de Caroline jeudi : vous pourrez alors tenter de gagner un exemplaire de l’ouvrage.

Pour une vision iconoclaste de l’enseignement de l’Histoire, et ce qui me permet de rendre hommage à Tom Sharpe, romancier britannique décédé tout récemment, signalons la réédition chez 10/18 de «Comment enseigner l’histoire à un ado dégénré en repoussant les assauts d’une nymphomane alcoolique» !

5 commentaires :

  1. Ce qui m' étonne, c'est qu' il n' y ait encore aucun commentaire ! Franchement, on peut être passionné d' histoire de France et doté d' humour, non ? Ce qui doit tout naturellement conduire à se ruer sur Trash Cancan ;-) D' autant que j' ai plutôt tendance à faire confiance aux Editions du Chêne !

    Merci donc, "Vive la rose et le lilas" !

    RépondreSupprimer
  2. Très bel ouvrage en effet, mais à quand l'histoire trash des "petits"? Manquerait-on de sources ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au contraire, elles existent bel et bien, voir par exemple les sommes qui font autorité sur le sujet : http://philippe-aries.histoweb.net/spip.php?article91. Le développement de la micro histoire a également permis des avancées sur ce terrain. Après ce sont les artistes et auteurs qui choisissent ou non de s'emparer de tel ou tel personnage...

      Supprimer
  3. Ce qui est bien sur Vive la rose, c'est le fourmillement de références croisées (comme cette réédition, à la fin)... La vraie culture! L'objet Trash cancan semble séduisant, même si je n'ai pas encore l'habitude de me procurer des albums illustrés. Peut-être que pour celui-ci le garder a un intérêt qui dépasse la conservation des "blagues" dessinées des consœurs girly qui sont mentionnées.

    RépondreSupprimer