barre horizontale




21 août 2013

La Maskarade de Kriki : adoptez le Fuzz !

Il y a urgence. Il ne vous reste que quelques jours et nocturnes pour visiter, à Chartres, dans la belle Collégiale Saint André, l’exposition « Maskarade ». Et vous enthousiasmer. Car Kriki est un artiste vraiment original, il manie un pinceau sûr de ses références et irrévérences à l’histoire de l’art comme au mainstream et à la scène alternative.
 
Dans les années 80, il a vingt ans et participe aux « Envahisseurs », groupe d’électro punk. Il est aussi, logique, de ce mouvement que l’on nomme maintenant officiellement le street art, et auquel des expositions commencent enfin à s’intéresser franchement. Ce  peintre qui a exposé dans les lieux les plus prestigieux de l’art contemporain a réalisé spécialement pour cette exposition temporaire à Chartres (il semble que cela soit coutumier dans ce lieu) une sculpture, « Katielo », qui bluffe par son étrangeté : une Pompadour à tête de cervidé aux bois élancés, géante, se tient assise, penchée vers un « Fuzz », un des nombreux personnages récurrents de Kriki, une sorte de fétiche polymorphe. Derrière-elle, des câbles jack s’entre-mêlent…

Katielo de Kriki - 2013 (photo vivelaroseetlelilas)
 
Passée la stupeur devant l’ampleur de l’imagination et le syncrétisme des symboles, on peut s’approcher des tableaux, tous plus foisonnants les uns que les autres. Mais peu optimismes, comme « Rak », peinture de guerre (quoi d’autre ?), ou toutes ces compositions dans lesquelles la nature semble disparaître, reléguée, devenir mythologique (un personnage, un reflet dans une cheminée, une évocation lointaine…) voire tout simplement menacée.
Peu de personnages véritablement humains chez lui, la post-modernité, le numérique, tout cela est présent, par contre les masques, essentiellement africains, jalonnent le travail de l’artiste - l’intitulé de l’exposition n’est pas un hasard (c’est aussi le titre d’une des toiles exposées, avec cette Pompadour aux bois repoussants…).
 
Bref, cet art contemporain « fusion », pour reprendre une expression musicale, mérite vraiment le détour et l’attention. 

Jusqu’au 25 août 2013

Kriki, « Maskarade »
Collégiale Saint-André
2 rue Saint André
28000 Chartres

Retrouvez sur le blog une autre exposition dans ce lieu.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire