barre horizontale




29 août 2013

Rentrée littéraire 2013 #1 : Emmanuelle Heidsieck, À l’aide ou le rapport W

En 2015, le capitalisme a atteint son stade suprême, comme aurait Lénine. Enfin, maintenant on dit libéralisme, mais peu importe, il s’agit toujours de monnaie. Et justement, une petite sphère de gratuité résiste à l’envahisseur. Toute la société n’est pas totalement colonisée par l’argent. Des amis rendent service, des grands-parents gardent encore leurs petits-enfants, des voisins surveillent des chats, ce genre de choses.

Mais cela n’est guère plus tolérable : la solvabilité des entreprises d’aide à domicile, de services à la personne, toute une sphère du tertiaire doit être préservée de cette concurrence délétère.

Deux hauts fonctionnaires sont donc sommés de rédiger au plus vite un rapport sur l'ADS : l'aide, le don, le service.
Ce rapport doit permettre une rapide pénalisation de ces nouveaux délits en servant de socle théorique à cette criminalisation de l'aide. Deux personnages principaux : le jeune loup, A, auquel on a confié cette mission. Il n'en finit plus de se faire les dents sur B, placé sous ses ordres et qui avale du Xanax (entre autres) pour tenter de comprendre sa carrière qu'il termine à ce poste aussi prestigieux qu'amoral. L'anonymat de ces personnages, désignés par de simples lettres, rappelle la classification des êtres dans «Le meilleur des mondes» d'Aldous Huxley. Le professeur de Droit arrêté au début du récit est nommé, lui : Charles Birkwgzanst résiste...

Ce roman d'anticipation est vraiment original. J'ai rarement lu un livre qui fasse de la rigueur juridique une fiction littéraire aussi prenante. Un gros coup de cœur donc pour cette première lecture de rentrée littéraire !

«À l’aide ou le rapport W» de Emmanuelle Heidsieck- Inculte Laureli 2013
 
à lire par ailleurs, récemment paru :
«Science-fiction et science juridique», sous la coordination de Pierre-Jérôme Delage - IRJS Editions 2013

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire