barre horizontale




13 novembre 2013

Préférez les madeleines aux cerises à l'eau de vie : Attila Marcel au cinéma

C’est entendu, je crois être allée voir le seul film dont mes amis n’ont pas entendu parler dernièrement. Reste-t-il de la place pour les films sans super-héros (fut-il à l’inconscient tourmenté), sans armes et sans vaisseau spatial ?
Pourtant, le dernier long-métrage de Sylvain Chomet, «Attila Marcel», est un très bon film. En fait, à cette date de novembre à laquelle j’écris, je peux dire que c’est un des meilleurs films de cette année 2013. Mais cela n’engage que les rêveurs, les doux-dingues qui acceptent de rentrer dans l’univers de ce réalisateur pas comme les autres. Si vous avez grincé des dents devant «Les triplettes de Belleville», pleuré sur le désenchantement du monde lors de la sortie de «L’illusionniste», alors il faut aller voir «Attila Marcel». Dans le cas contraire aussi, car ce dernier est moins dur que les précédents (ou suis-je une âme sensible ?), rien que pour la fantaisie de son esthétique (disons un croisement lumineux entre les couleurs pop et régressives d’«Amélie Poulain» de Jeunet et les fantaisies de «L’écume des jours» de Gondry).

Qu’a donc choisi de nous raconter comme jolie -pardon, triste- histoire Sylvain Chomet cette fois-ci ? Celle de Paul. Paul a dépassé les trente ans, mais il vit toujours chez maman, c’est-à-dire chez ses deux mamans. Enfin, elles aimeraient bien, les deux frangines. Mais en fait, Paul n’a pas ouvert la bouche depuis le décès de ses parents, on ne peut donc pas vraiment dire que cette adoption soit une réussite. Les deux vieilles filles poursuivent leur rêve familial d’aristocrates : avoir un pianiste soliste dans l’arbre généalogique. Paul tente par conséquent, chaque année avec constance, de réussir enfin le prix du jeune soliste. En attendant, ses tantes lui font faire l’accompagnement musical de leurs leçons de danse…
Pour supporter la vie, Paul mange des chouquettes. Quand les chouquettes viennent à manquer, il écrit «chouquettes» sur le tableau noir de l’entrée du grand appartement et descend à la boulangerie. Chacun sa came. Jusque là, c’est plutôt triste.
Mais on ne fait pas un film avec cela, et rapidement, ce décor plutôt lugubre posé, il rencontre madame Proust, sa voisine du quatrième étage. Chez elle, on vient se souvenir en échange d’un billet de 50 euros… Grâce à cette adepte baba-cool du bouddhisme et de la pratique subversive du potager en appartement, Paul va découvrir le concept de la madeleine … de Proust.

 
Sur les émotions de Paul et du spectateur je n’en dirai pas davantage. Le passage du réalisateur de l’animation à la direction d’acteurs est réussi, et Guillaume Gouix épatant dans un rôle incroyable de pantomine : il prononcera simplement un seul et unique mot, à la toute fin du film...
 

«Attila Marcel» de Sylvain Chomet avec Guillaume Gouix, Anne Le Ny, Bernadette Lafont - actuellement en salles

12 commentaires :

  1. Un peu de rêve ne peut jamais faire de mal!

    RépondreSupprimer
  2. moi je ne suis pas comme les autres : ce sont les films de super héros dont je n'entends pas parler et Thor par exemple, jusqu'à hier je ne savais meme pas qu'il était sorti :o)...cet Attila Marcel, on en a parlé pas mal je trouve avant sa sortie ( et j'ai vu souvent sa bande annonce au ciné) mais beaucoup moins depuis ou alors en mal... et sur Lyon, le film est sorti très vite de l'affiche j'avais des invits pour le voir mais je pense que je vais pas pouvoir les utiliser... en tout cas tu es une des toutes premières que je lis qui parle en bien de ce film et même si j'ai donc pas vu le film et ne suis pas sur que j'aimerais autant que toi, pour Chomet qui a mis beaucoup de lui dans ce premier film en prise de vue réelle a du mal vivre cet échec cuisant comparé à ses dessins animés qui avaient cartonné...bonne journée à toi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a une zone de convergence mais d'autres goûts assez divergents, c'est vrai, à te lire depuis un moment.
      J'ai vraiment été touchée mais je crois que le film peut bouleverser aussi bien qu'agacer, c'est vrai. Si tu as des invits c'est vraiment dommage que tu ne puisses pas te faire ton opinion sans frais !
      Par contre de mon côté Attila Marcel dans mon Gaumont AUCUNE bande annonce, j'avais simplement vu quelques affiches dans le métro...

      Supprimer
  3. oui je vais essayer d'y aller quand même ...il joue encore dans un ciné lyonnais je viens de vérifier :o) faut juste que je trouve le temps...en tout cas bravo pour ta une sur HC...je ne suis pas le seul à penser qu'il fallait un peu médiatiser ce film!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au Comoedia je parie ? ;) Merci oui je suis ravie pour la une ! Je lirai ton avis avec intérêt si tu trouves le temps :)

      Supprimer
  4. Ah tiens, tu as aimé. J'ai trouvé pour ma part qu'Attila Marcel n'assumait pas sa folie et restait bien trop terre à terre, pas assez fantaisiste ! Il n'a pas poussé le bouchon assez loin !
    En revanche j'ai adoré Guillaume Gouix, très belle découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement les avis sont partagés, même au sein des rédactions, ainsi pour Télérama, il y a même un pour et contre ;) http://www.telerama.fr/cinema/films/attila-marcel,437960.php

      Supprimer
  5. Alors, tout d'abord je réagirai juste en précisant que l'on peut être grand amateur de superhéros, de gros vaisseaux spatiaux et même d'histoires de trains, tout en étant un aficionado de S. Chomet. (Je sens que c'était un traquenard, et je suis allègrement tombé dedans ^^)

    Mais je suis d'accord, malheureusement Attila Marcel n'a pas bénéficié d'une communication à la hauteur, ni même d'une diffusion de qualité d'ailleurs, car je viens de m’apercevoir que sur mes 3 cinéma de quartier, plus aucun ne le programme...ce qui fait que je l'ai vraisemblablement raté. Ce qui m'a fait réfléchir (et finalement aller voir d'autres films avant lui) c'est justement la critique plus que partagée et la BA qui me faisait présager un film quelque peu...poncif.

    Autant j'avais surkiffé Les Triplettes, rythmées à souhait, autant je m'étais fait prendre par cette mélancolie de l’illusionniste, autant là je me retrouvais partagé avant même de l'avoir vu, ce qui n'est jamais bon signe, dans mon cas. Maintenant, je vais sûrement me trouver un petit ciné qui le diffuse encore pour aller me faire une idée, mais c'est vrai qu'au final, je lui ai préféré un tour en orbite et une virée en train. Même si j'aime beaucoup la gueule de G.Gouix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours commencer d'abord par les potagers en appartement. Les trains frisquets et les tours en orbite sont des attractions qui sont proposées plus longtps ;)

      Supprimer
  6. Je pense qu'il faut vraiment que l'acteur soit talentueux pour faire tout un film sans parler, comme Guillaume Gouix. Et apparemment, il est à la hauteur, car je n'ai lu que des éloges à son sujet :) Cette histoire est jolie et poétique, je pense que l'esthétique du film, les images, sont travaillées, mais j'ai juste peur de m'ennuyer en voyant le film...Enfin, tu me diras, je suis allée voir Thor, et j'ai eu l'impression que ce film était un prétexte pour mettre des explosions et des bastons (malgré un humour à la Marvel indéniable que j'adore). Merci pour ton avis en tout cas et belle soirée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi :) Pour ma part je ne me suis vraiment pas ennuyée tu l'as compris !

      Supprimer
  7. Rebonjour et oui, le mot de la fin fait plaisir à entendre. Personnellement, je n'ai pas eu le coup de foudre pour ce film qui a un côté désuet et puis moi, je n'ai pas été convaincue par Guillaume Gouix avec son air ahuri mais j'ai eu beaucoup de plaisir de revoir la regrettée Bernadette Lafont. Bonne journée.

    RépondreSupprimer