barre horizontale




5 décembre 2013

Annie Sullivan & Helen Keller : se sauver l'une l'autre

Cette rentrée, j’ai été happée par plusieurs romans graphiques de très grande qualité. Particulièrement touchée par cet album consacré à Helen Keller et à son éducatrice, et ne voyant pas qu’on lui fasse une grande publicité malgré ses nombreuses sélections pour des prix prestigieux, je lui fais une petite place ici.
 
De quoi s’agit-il ici ? Helen Keller, ce nom vous dit certainement quelque chose. Née en 1880 dans l’Alabama -le sud des États-Unis, dans une famille où reste vif le souvenir de la guerre civile, la petite Helen Keller tombe malade puis devient sourde, muette et aveugle à dix-neuf mois. Pendant des années, elle communique avec ses parents par gestes, presque comme une bête. C’est ce que j’ai ressenti à la lecture de la BD, qui montre vraiment l’isolement total de la petite fille. Pour ses six ans, ses parents engagent Annie Sullivan comme gouvernante.
Je ne connaissais pas son rôle dans l’histoire d’Helen Keller, dont j’avais surtout entendu parler comme d’un miracle américain : sourde, muette, aveugle mais diplômée, … – cependant je n'étais pas au fait des détails de son histoire extraordinaire. C’est Annie Sullivan qui va sortir Helen de son isolement mental en appliquant les méthodes modernes de l’Institut pour aveugles Perkins dont elle a bénéficié.
 
Les relations de la gouvernante avec la famille d’Helen sont néanmoins difficiles. Annie porte en elle une histoire atroce : la mort de sa mère, l’abandon paternel, la mort de son petit frère dans un hospice indigne ou elle-même passa quatre années avilissantes. Terriblement révoltée, très jeune, Annie ne peut s’intégrer véritablement à cette famille conservatrice.
Elle s’attache énormément à sa jeune élève et souhaite la réussite de celle-ci visiblement autant pour Helen que pour elle-même, après des années de dépréciations, de moqueries, de difficultés.

Les deux femmes en 1893

L’angle choisi par Joseph Lambert pour raconter l’apprentissage d’Helen est vraiment original. Il ne s’agit pas d’une simple biographie, de toute façon la littérature sur cette histoire mondialement connue et célébrée par une journée de commémoration outre-Atlantique est très abondante. Il montre comment l’apprentissage d’Helen est ardu, et ne nous épargne pas le passé sinistre de sa gouvernante. De ce fait, c’est la rencontre de deux personnalités hors du commun qu’il met en scène, une rencontre et une relation de pouvoir aussi.
Car Annie souhaite une emprise totale sur l’enfant, certes pour ses progrès, mais aussi pour, enfin, avoir quelque chose à elle. Ce n’est pas un ange gardien, et c'est parfois gênant. Ses méthodes sont  presque brutales, vues depuis le XXIème siècle. L’auteur nous laisse ainsi la possibilité de nous interroger sur cette relation exclusive qui dura tant que vécu Annie.
 
Quant au dessin, il est sans complaisance pour le lecteur : la souffrance d'Helen et d'Annie se ressent jusque dans le tracé volontairement hésitant des cases. Je n'ai pas eu de coup de cœur particulier pour le trait de Joseph Lambert, d'un réalisme parfois morbide, ni pour ses personnages aux visages déformés. Mais il est indéniable que ce dessin sert son propos. Un auteur talentueux à suivre !

© Joseph Lambert
 

9 commentaires :

  1. Je ne connaissais pas du tout ce titre ni cette histoire mais tu m'as donné envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Tu me donneras ton avis si tu as l'occasion de le feuilleter !

      Supprimer
  2. Déjà que la couverture est très belle, ton article me donne vraiment envie de lire ce roman graphique. D'autant que ça fait deux fois que j'entends parler d'Helen Keller en peu de temps. C'est un signe qu'il faut que je demande au pere-noel, non ? ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, pourquoi pas, j'ai entendu parler de cette histoire il y a presque 40 ans quand j'ai vu à la télé le film d'Arthur Penn (qui date de 1959) avec Patty Duke et Ann Bancroft: très très émouvant. Et où il était fait allusion à l'enfance difficile de Annie Sullivan. En tout cas, je note cette BD. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. Oh, cette histoire m'intéresse beaucoup et je n'en avais jamais entendu parler, alors merci pour ce très chouette billet! ;)
    Bon week-end et à bientôt!

    RépondreSupprimer
  5. J'avais lu, petite, l'histoire d'Helen Keller, si bouleversante. Je ne me souviens pas de ce rapport un peu ambigu avec sa gouvernante, et je serais curieuse de relire son histoire à elle plutôt que de commencer par cette BD.

    RépondreSupprimer