barre horizontale




10 février 2014

L’Antiguide de la mode de Charlotte Moreau : le style désapé avec fantaisie

Je crois que mon intérêt pour les blogueuses mode remonte à 2007, 2008. A ce moment-là, j'ai découvert quelques filles qui sont devenues, chacune à leur manière, des références qui comptent. D'abord, il y a eu Garance Doré. Ses illustrations, ses photos, son humour, tout résonnait chez moi, comme chez plein d'autres - of course. Et puis elle est devenue une telle star internationale qu'il devenait difficile de se retrouver dans ce qu'elle racontait, pour beaucoup de raisons - mais là n'est pas le sujet - encore que. Et puis dans un tout autre style, qui assume ses blagues régressives et écrit pour Voici, il y a eu Marieluvpink.
 
Quelque part entre l'ultra jet-set de Garance et les "trucs de ouf" de la chaleureuse Marie, j'ai découvert, originale et classe, Balibulle. Une fille qui ose hésiter, avec les cheveux courts (il n'y en a pas tant que ça sur la blogosphère mode, je vous assure). Une grande nana avec du vocabulaire et qui se promène sur la place Rouge quand pas mal d'autres saturent le web de photos prises entre l'Italie et les Tuileries (oui, je sais, c'est approximatif, mais je suis sûre de faire sourire celles qui se promènent sur ces blogs).
 
photos © Balibulle, graphisme © Chloé Baret

Bref, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire plusieurs fois, un jour ou l'autre, un blog qui marche ça fait un livre, et ça a déjà fait l'objet de combo critique-interview sur vivelaroseetlelilas, d'ailleurs.
 
L'originalité avec celui de Balibulle, « L'Antiguide de la mode », c'est que ce n'est pas une compil de ses meilleurs billets, ni de ses meilleures photos, ni de toutes ses coupes de cheveux (même avec perruque - vous voyez comme je suis bien).
Non, ici, prenant le contre-pied de ce qu'on pouvait sans imagination attendre d'elle, Charlotte Moreau - de son vrai nom - a scribouillé un petit manuel d'anti-mode, dans une collection d'humour. Elle manie le sarcasme, se moque et s'amuse gentiment quoique parfois, l’ironie frôle la satire.

 
Alors que nous aurions enfin pu avoir son guide autorisé de tout ce qu'il faut faire, ne pas faire, avoir la liste avisée des places to be et autres places à éviter, Balibulle/Charlotte établit donc un Antiguide de mode. Contrairement à Inès de la Fressange et à rebours de tous ces livres français et américains célébrant les astuces de la parisienne blasée éternellement faussement négligée, adepte d'un "less is more" demandant des heures d'efforts après des révisions intensives de Elle (+ Vogue + Grazia + Citizen K etc), Balibulle nous fait avant tout rire. Rire de tout ce qu'il faut faire pour une pas être une modeuse, pour éviter tout respect des fashion statements actuels. Pour hypnotiser les voyageurs du métro ? Portez un manteau Desigual (je dois avouer que cette page est une de mes préférées). Pour éliminer la concurrence de la stagiaire, pour que votre présence à une réception/cocktail/entretien d'embauche soit inoubliablement ratée, Balibulle vous dit tout. Certaines pages filent inévitablement le fou rire («Comment marquer les esprits…»).
Le « dictionnaire de la modasse » est composé d'encadrés de traductions de perfidies féminines qui ne sont pas l’apanage des modeuses. Que celle qui n’a jamais prononcé aucune de ces phrases lève la main !
 
Ne vous y trompez pas. Comme dans chaque antiguide ou antimanuel, vous pourrez aussi lire, en creux, quelques conseils… à suivre.

4 commentaires :

  1. Avant de l'emballer (je l'avais acheté pour faire un cadeau à la base), je me suis dit que j'allais en lire quelques pages histoire de savoir un peu ce que j'offrais. Résultat des courses, j'ai lu les 3/4 du bouquin le plus rapidement possible en étant écroulée de rire la moitié du temps! Vraiment sympa!

    RépondreSupprimer
  2. moi je file le commander, j'avais déjà envie de le lire, connaissant le ton taquin de Charlotte. Ton article m'a convaincu!

    RépondreSupprimer