barre horizontale




18 mai 2014

Chercher Proust... pour se trouver soi-même

Mardi 13 mai. Je prends la ligne 6 du métro, il est près de 14h. J’ouvre mon livre à Etoile, je sais que j’ai presque 20 minutes de lecture avant Montparnasse. A la station Boissière, un homme s’assoit à ma gauche. De temps à autre, le temps du trajet, je ris sous cape. Le livre est désopilant. Un humour parfois noir qui me fait sourire bruyamment. Mon voisin n’arrête pas d’essayer de lire par-dessus mon épaule, mais ce n’est pas pratique en essayant tout de même d’être discret. En plus, je lis vite alors il abandonne. A proximité de Montparnasse, mue par la pitié et un altruisme invraisemblable dans le métro parisien, je referme le livre et le garde quelques secondes à plat. Cher voyageur, vous avez eu ainsi le temps de noter le titre de ce livre qui fait rire.

Chose qu’on n’attend pourtant guère a priori d’un roman qui a pour titre « Chercher Proust ».
Et néanmoins, c’est drôle. Un humour presque british et fondé sur la connivence littéraire...


Dans « Chercher Proust », Michael Uras raconte l’histoire d’un homme passionné par Proust depuis sa plus tendre enfance – et les conséquences de cette passion dans notre impitoyable monde moderne. Le poster incongru dans la chambre d’un très jeune garçon, les lectures de la Recherche, puis forcément les études de Lettres, et enfin, consécration, les études proustiennes. Proust pour horizon indépassable.

En dehors de l’écrivain, le narrateur n’a en effet pas vraiment de vie propre. Terrorisé par Mathilde, il forme avec elle un couple mal assorti. Son meilleur ami l’abandonne régulièrement. Mais Jacques a un plan : il croit avoir découvert un personnage qui pourrait révolutionner les travaux consacrés à  l’écrivain. Il est sur la piste d’un inconnu, repéré sur une photographie… L'homme serait vivant. La mécanique est lancée !

J’ai beaucoup apprécié ce livre, l'autodérision sympathique du narrateur, que l'on sent double romanesque de Michael Uras. On ne peut qu'être amusé par les différents niveaux de lecture, et par ces questionnaires dits de Proust qui émaillent le récit. La prochaine fois que quelqu'un m'agacera, comme Jacques, j'écrirai moi-même les réponses de son questionnaire. Il y a des livres qui vous donnent de très bonnes idées !

« Chercher Proust » de Michael Uras – Le Livre de poche 2014

Et : Un autre roman-hommage à Proust à découvrir ici.

2 commentaires :

  1. Je n'en ai pas du tout entendu parler et je ne connais pas cet auteur. Je note, je voudrais tout même moi-même lire la recherche en entier...

    RépondreSupprimer