barre horizontale




26 mai 2014

La liste de mes envies, mercredi au cinéma

Inutile sans doute de rappeler ici le triomphe de ce roman qui doit son succès monstre au bouche à oreille. Sans doute aussi, inutile de rappeler l’histoire de la petite mercière d’Arras qui se retrouve heureuse gagnante de 18 millions...

Heureuse ? Eh bien non, puisque Jocelyne craint par dessus tout que cette somme tout à fait faramineuse ne trouble le bonheur simple qu’elle a réussi à construire. Cette construction fragile sur des rêves d’enfant à jamais enterrés, elle n’a guère envie de la valoir vaciller, fut-ce pour un Cayenne à offrir à son mari. Jocelyne réfléchit, et en réfléchissant, établit la liste de ses besoins, de ses envies.

Que pouvait faire le cinéma avec une passion aussi encombrante du lectorat féminin pour un tel livre ?… Le parti pris de Didier Le Pêcheur et des producteurs a été de faire un film moins sombre que le roman.
 
Jocelyne, par la grâce du grand écran, incarnée par Mathilde Seigner, perd tous ses kilos superflus, Jocelyn est bien moins brutal que le Jo de Grégoire Delacourt. Les jumelles sont passées à travers le filtre «Amélie Poulain» et en ressortent des créatures dont l’habitat naturel semble bien plus être le Marais qu’Arras (il faut voir Frédérique Bel habillée comme pour aller danser au Baron)…

Alors, est-ce à dire que le film trahit le pathos du livre et qu’on en ressort déçu ? Absolument pas. Comme l’a dit le réalisateur que j’ai pu entendre lors de l’avant-première organisée par Le Livre de Poche, sa Jocelyne est une Jocelyne parmi d’autres. Et puis, cette glamourisation du livre n’est pas si malvenue. Des boucles parfaites de l’héroïne aux mensonges de Jo sur l'usine, de la mercerie cocon au refuge, bref, tout concourt à faire du film une comédie qui glisse, lentement mais sûrement, vers la comédie dramatique pour enfin rejoindre le registre du drame.
En effet la fin ne change (presque) pas, et finalement, le film montre davantage de résilience chez cette Jocelyne-ci, et ça fait du bien au moral !

Et vous, avez-vous l'intention d'aller voir cette adaptation ? Ou voulez-vous conserver votre «Jocelyne» ?
 
Mathilde Seigner, Cécile Rebboah, Frédérique Bel, Virgine Hocq © Daniel Angeli
 
«La liste de mes envies», un film de Dider Le Pêcheur avec Mathilde Seigner, Marc Lavoine, Frédérique Bel, Patrick Chesnais, Virgine Hocq…- en salles le 28 mai 2014
 
«La liste de mes envies» de Grégoire Delacourt - Le Livre de Poche 2013

4 commentaires :

  1. Je n'ai pas lu le livre mais la bande-annonce m'a donné envie de voir le film. Je risque bien de faire le chemin à l'envers. D'abord le film, et ensuite le livre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour celui-ci, je trouve que c'est tout à fait possible !

      Supprimer
  2. Pas non plus lu le livre, donc je verrai ce film un jour, après... Mais je ne parviens pas bien à saisir ton opinion sur le livre justement : trop de bons sentiments? une écriture quelconque? Ou un bon moment vaille que vaille? J'aime en tout l'instantané du film que tu as choisi, c'est une belle composition et des tons éteints qui me séduisent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute parce que je voulais avant tout faire un billet sur le film. Pour le livre, non, pas trop de "bons sentiments", il me semble que ce n'est pas ce que dit ma critique (j'espère!). Au contraire, je ne trouve pas que ce soit un livre optimiste ! Le film, oui, fait plutôt passer un bon moment de divertissement. On sort du livre dans un état d'esprit bien plus sombre... Pour revenir encore au livre, je ne crois pas effectivement qu'il soit candidat à la postérité mais je ne pense pas non plus qu'il ait été écrit dans ce but.

      Supprimer