barre horizontale




20 juin 2014

21Octayne : interview de Marco Wriedt, guitariste

Comment décrire l'inclassable - et génial - nouveau groupe de rock 21Octayne ? Comme un groupe prog, classique mais aussi alternatif et pop ? Avec un esprit aussi ouvert, il a été aussi agréable d'interviewer Marco Wriedt que de l'écouter. Des garçons qui aiment tout autant Debussy que Kool and the Gang, c'est un éclectisme qui m'a complètement séduite. Impossible donc de rater cette semaine leur soirée de promo à Paris.
 
Marco Wriedt & Hagen Grohe - photo © vivelaroseetlelilas

vive la rose et le lilas : Vous êtes tous des musiciens connus et respectés, je pense donc que quand vous faites un bon album, vous le savez. Vous devez donc être très fiers de celui-ci….

Marco : Haha, on ne sait jamais si un album est réellement bon tant qu’on n’a pas eu de retours. On ne sait pas comment les labels vont réagir. Et c’est comme cela que ça se passe : tu produis un album, et ensuite tu espères qu’un bon label saisira ta vision, parce que la promotion est vraiment importante, tu veux que le monde entier sache que ton album est sorti.

vive la rose et le lilas : Vous venez de différents groupes, comment vous êtes-vous connus, comment le groupe s’est-il formé ?

Marco : En 2008, je jouais dans Axxis, et j’y joue toujours d’ailleurs, on cherchait un nouveau batteur, on faisait des auditions, et Alex était l’un des candidats. On s’est bien entendus, on est devenus best friends… A ce moment là on ne savait pas encore s’il allait devenir le nouveau batteur de Axxis, mais il m’a dit : « quoiqu’il arrive dans le futur, il faut qu’on fasse un jour un groupe ensemble ». Parce que c’est génial de jouer dans des groupes établis, comme on le faisait tous, mais un jour tu dois faire ton propre groupe, écrire tes propres chansons, avoir ta propre vision, et pas seulement jouer d’un instrument pour quelqu’un, mais écrire tes chansons pour ton propre bébé. C’est pour cela qu’on voulait avoir notre propre groupe, avec notre propre vision, et c’est comme ça que 21Octayne est né. Puis ça a pris 2 ans pour trouver les bonnes personnes. Alex pensait à un bassiste de Sacramento, vivant en Allemagne, génial... Bref c'est devenu le Graal... Il fallait quelqu’un de notre âge, parce qu’on veut avoir un groupe pour le futur, pour les 30 prochaines années, on veut pas un projet, et pour cela il faut des gens avec qui on puisse vieillir. Et Andrew connaissait celui qui a rejoint The Joe Perry Project. On savait que Joe Perry avait fait venir un chanteur d’Allemagne. Il y a, pff, 5 millions de chanteurs, et il choisit un chanteur en Allemagne ?! C’est qu’il doit être sacrément bon ! Andrew nous a fait écouter ce chanteur sur Youtube, et on ne pouvait pas croire ce qui était en train de se passer. J’ai dit à Alex « c’est lui qu’il nous faut ».  Alors on l’a appelé et li a dit « oui, je voulais former un groupe de toute façon, c’est le bon moment ». On était alors en août 2010, et la magie était là, ça y était. C’était le destin.

vive la rose et le lilas : Donc Alex et toi, vous êtes des leaders !

Marco : Au début, oui, parce qu’on avait la vision, et le concept. Mais une fois que ça a démarré, il n’y avait plus de leader, on était quatre à décider, ceci étant le problème quand on est plusieurs à décider démocratiquement, avec quatre opinions fortes, et parfois divergentes, c’est plus compliqué ! C’est aussi pour ça que rapidement, on a choisi un manager (rires).

vive la rose et le lilas  : Comment avez-vous choisi ce nom, 21Octayne ?

Marco : Au début, on voulait appeler le groupe Mothership, parce qu’on adore Led Zeppelin et leur Best of qui s’appelle ainsi et puis on a googlé, et on s’est rendu compte qu’il y en avait déjà des milliers, en Afrique, Irak, Pennsylvanie, partout ! Et Alex a dit pourquoi pas Octane ? C’est fort comme nom ! On a refait des recherches, il y en avait évidemment énormément aussi ! Alors j’ai suggéré de modifier l’orthographe pour Octayne, et cette idée est venue d’ajouter un nombre, pour donner un sens particulier, et finalement on a choisi 21 à cause du 21ème siècle, et je me répète mais Octane est un symbole de force, donc voilà, c’est une force pour le rock du 21eme siècle.

vive la rose et le lilas  : Peut-on revenir sur le processus de création de l’album ?

Marco : Je m’occupe de la structure harmonique, des riffs, mais on arrange les chansons ensemble dans la salle de répèt’, comme le faisaient tous les groupes dans les 70’s / 80’s. Les premières idées  sont de moi, puis Hagen écrit les paroles. Beaucoup de groupes aujourd’hui s’échangent les riffs par emails, etc, mais il n’y a pas la même alchimie… on veut éviter ça.



vive la rose et le lilas : Quelles sont vos sources d’inspiration, vos influences ?

Marco : Oh, très différentes pour chacun ! Andrew a des influences soul, funk et même rythm’n’blues, des influences très californiennes.  C’est génial de jouer avec un bassiste dont le son n’est pas celui d’un bassiste typique. Parfois on a l’impression qu’il joue de la guitare ou du clavier, mais non c’est de la basse. Dans ses influences, on peut citer John Mayer ou Kool and the Gang ! Hagen c’est le mec pop/rock : il aime Bon Jovi, Brian Adams, Aerosmith évidemment, Mötley Crüe, Def Leppard. Alex lui écoute plutôt des choses comme Symphony X, Testament… Et pour moi, je citerais  Genesis, Queen, Pink Floyd, Audioslave.
Peu de groupes arrivent à mixer Testament et Bon Jovi, ce n’est pas très commun, parce que on aime tout, pour nous la musique c’est un ensemble. Ce n’est pas « je dois faire ceci, ou cela », on ne veut pas de la même pitance tous les jours. On essaie de mélanger des styles… Dans un second album, ce sera peut-être totalement différent…

vive la rose et le lilas : On entend de fait beaucoup de styles différents, et chaque chanson pourrait être qualifiée d’un genre propre. Est-ce que tu peux mettre une étiquette sur votre album ?
 
Marco : Haha non impossible justement ! Beaucoup de gens veulent essayer de trouver un nom à ce style, mais ce n’est pas possible. Un Anglais a trouvé le terme « Classic rock 2.0 ». Tu peux dire ça, pourquoi pas !

vive la rose et le lilas  : Le métal bouge ces dernières années, non ?

Marco : Heureusement, oui. C’est une chose que je n’ai jamais compris : que le milieu du métal soit si étroit d’esprit, au moins dans le passé.  Pour moi ces jours sont de l’histoire ancienne. La vie a différentes couleurs, il y a différentes étapes. A 10 ou à 30 ans, tu es la même personne, mais tu changes ! Tu dois pouvoir progresser et évoluer en tant qu’artiste : quand j’aurai 65 ans, je veux pouvoir me dire qu’avec mon groupe on a créé quelque chose. Je ne voudrais pas faire de la musique facile. Je ne voudrais pas avoir 10 fois une chanson comme « Turn the world ». Sinon ce serait juste de la pop/rock commerciale facile à écouter. Non : je veux challenger les gens, les surprendre, qu’ils se disent que c’est intéressant ce qu’on fait. J’aime Muse par exemple, parce qu’ils cassent les frontières, ils font ce qu’ils veulent tant que le son est bon.

vive la rose et le lilas : Avez-vous une chanson préférée ?

Marco : Je n’ai droit qu’à une chanson ? Je dirais « Into the Open ». Pas seulement parce qu’il y a un solo de guitare d’une minute (rires), mais parce que je suis très fier de cette chanson. Les paroles de Hagen sont géniales, parce que l’identification fonctionne : il faut se dépasser !


vive la rose et le lilas : La pochette illustre justement ce titre. Ce personnage qui va vers la lumière, une lumière éblouissante qui ne permet pas de savoir ce qu’il y a au bout du tunnel… Va-t-il vers la rédemption ? La mort ? S’agit-il de prendre des risques ?

Marco : C’est exactement ça : Il faut savoir prendre des risques. Faire ce que tu ressens, il faut tenter, ça peut être bien ou mauvais, mais au moins tu essaies… Tout le monde te dit fais ceci ou cela, peu importe, do what you WANT !

vive la rose et le lilas : Peut-on espérer vous voir sur scène prochainement en France ?

Marco : On espère venir vite. On a fait une listening session en mars, les retours ont été géniaux, on fera peut-être une tournée avec un plus gros groupe, pour le deuxième album, mais qui sait, peut-être avant ?

vive la rose et le lilas : Je vous souhaite en tout cas sincèrement le plus large succès en France !

* interview réalisée par Alexis *

2 commentaires :

  1. J' aime beaucoup cet interview qui reflète la sincérité, et l'extrait musical donne très envie de connaitre ce groupe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que l'avantage des interviews c'est ce sentiment de proximité qu'elles suscitent immédiatement ! Contente d'avoir fait partager cette découverte qui est un de mes coups de coeur de l'année. Vivement un concert en France donc :)

      Supprimer