barre horizontale




6 juin 2014

Clair Obscur : catégorisation des êtres, des oeuvres, des sentiments dans Paris occupé

Au moins, avec cette BD je suis à peu près sûre de vous présenter un album dont vous n’avez sûrement pas entendu parler : je l’ai découverte par hasard, et je n’ai pas l’impression qu’elle ait déjà fait l’objet de beaucoup de critiques.


«Clair obscur» de Kathryn & Stuart Immonen alterne dessins qu’on dit plutôt «au trait» et ligne claire. Alors que la couverture est colorisée, c’est par un album en strict noir et blanc que le lecteur est immédiatement happé, avec une première case qui se confond avec la première page. Nous sommes prévenus : les contrastes seront forts.
Une femme est assise, seule, enfermée. Cela se devine tout de suite à son air prostré, ses yeux baissés, la chaise vide près d’elle. Entre ces deux assises, une simple table sur laquelle il n’y a rien. L’ombre noire occupe plus de la moitié supérieure de la planche.

© Kathryn & Stuart Immonen

Kathryn & Stuart Immonen sont des stars des comics, et si avec ce «Clair Obscur» ils ont choisi de s’éloigner de leur zone de confort pour se saisir d'une problématique plus intello, leur univers de prédilection est tout à fait perceptible dans leur traitement graphique, très cinématographique de cette question des spoliations nazies et plus largement de l’Occupation.
Ainsi, pour raconter les parcours troubles et ambigüs d’Ila Garder et Rolf Hauptmann, leur travail sur les ombres et leur graphisme servent une narration épurée. Ila est passionnée par son travail, même s’il ne s’agit que de «mettre des petits points de couleur derrière des choses», de les classifier en première, deuxième et troisième classe. Elle est possédée par son amour de l’art.


«Tu regardes derrière n’importe quelle œuvre, sur la base de chaque statue, et tu pourras lire, dans cette espèce de code morse chromatique, l’histoire qu’elle charrie et l’avenir qui a été décidé pour elle.
Ce n’est pas du catalogage. C’est une condamnation.»


Pourtant, tout disparaît, les choses, et les gens : même le boulanger d'Ila, et «si ce présent est possible, alors tout est possible et plus rien ne compte.» Mais que choississent Ila et Rolf ? La fuite dans le clair-obscur ? C'est au lecteur d'en décider... Personnellement j'ai apprécié cette œuvre, laquelle, ne comportant pourtant aucune nuance de gris, donne à voir une large roue chromatique des intériorités. D'aucuns ont pu être héros certaines heures, lâches d'autres. Une énigme renvoyée à notre propre conscience par les auteurs.

En bref, c’est un récit qui séduira non seulement les passionnés des questions de conservation durant la Seconde Guerre Mondiale, mais aussi les adeptes de récits originaux, à la fois subtils et épurés.

Et comme aujourd'hui nous commémorons le D-Day, voici une photo d'époque qui montre des sculptures protégées par des sacs de sable...

source : Fil Twitter du Château de Versailles


Sur le même thème, lisez aussi : 
- la critique de «Monuments Men»
- une fois encore, je cite le livre de Rose Valland, réédité cette année :  «Le front de l'art» de Rose Valland - RMN 2014

8 commentaires :

  1. Quelle technique dans gestion du calendrier ! Je n'en attendais pas moins.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, ce post suit bien l’actualité !
    Et doublement puisque l’affaire Cornelius Gurlitt a connu récemment un rebondissement, celui-ci ayant institué pour légataire universel, la fondation de droit privé du Musée des Beaux-Arts de Berne…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le savais pas ! Peut-être un ultime remords sentant sa fin prochaine et son salut peu assuré ? ;)

      Supprimer
  3. Très séduisant ce style épuré. Ce qui me fait plaisir c'est que l'été et la plage arrivent à grand pas et que je vais devoir délaisser mes e-books pour acheter des livres "en dur" ^^. Je vais pouvoir piocher parmi tous les livres que tu m'a donnée envie de lire. Quel plaisir ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Le sujet et le dessin m'interpellent ! Je vais tacher de la trouver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvée à la FNAC, donc a priori elle est distribuée de façon traditionnelle ;)

      Supprimer