barre horizontale




8 juillet 2014

Jasper Gwyn... double british d'Alessandro Baricco ?

 «Mr. Gwyn» est un livre excellent. Quand un lecteur ravi tout autant que réjoui, s’est promené dans son appartement le roman à la main en pouffant de rire, quand assis dans son fauteuil, il s’est exclamé que l’auteur avait du génie, il faut que ce lecteur, s’il est blogueur, répande la bonne nouvelle avec son webclairon. Comment pourrait-il en effet supporter de garder pour lui seul ce chef-d’œuvre qu’il vient de découvrir ?
 
photomontage © vivelaroseetlelilas

Mais cessons de parler de moi à la troisième personne, même s’il faut que vous sachiez que ce livre invite aux farces, étant-lui même un artifice littéraire du meilleur aloi. Est-ce un essai sur la littérature travesti en roman ? Est-ce un roman qui prend l’art pour sujet ?
Après «Emmaüs», je découvre Alessandro Baricco dans le rôle du pitre. Je ne peux m’empêcher de penser que ce Jasper Gwyn, écrivain de son état, est un double romanesque.

Jasper Gwyn, un beau jour, «eut soudain la sensation limpide que ce qu’il faisait chaque jour pour gagner sa vie ne lui convenait plus». Gwyn est un homme de parole. Il énumère les cinquante-deux choses qu’il ne fera jamais plus, notamment écrire des livres. La première des choses qu’il ne fera plus est d’écrire des articles pour The Guardian, journal auquel il dépose sa liste pour publication avant de disparaître provisoirement. A son retour, Jasper Gwyn respire mieux. Néanmoins, rapidement, il a comme des fourmis d’écrivain. Des envies d’écrire, des mots qui viennent, des phrases qui se composent. Mais il est hors de question, totalement hors de propos de transformer ces intuitions, ces élaborations en récits. Il faut trouver une solution. Jasper Gwyn décide alors d’écrire des portraits, ébloui par une illumination que je ne vous raconterai pas.

Cocasse, spirituel, brillant, Mr Gwyn en bon Londonien a aussi ses manies agaçantes. Très désinvolte à l’égard de son agent - du moins une bonne partie du livre - il se passionne pour les sentiments des autres mais se refuse à toute analyse de son propre cœur.

Alessandro Baricco peint le portrait d’un homme qui écrit des portraits : doit-on s’en étonner de la part d’un auteur dont le nom si proche de l’étymologie «barocco» semble un clin d’œil à l'esthétique baroque caractérisée par la mise en abyme ? Quelque part dans ce monde enchanté, inspiré sans doute par Calvino autant que par Pirandello ou Borges, le lecteur trouve immédiatement sa place et se délecte de la malice de Baricco. Cette mystification est inoubliable.

« Mr Gwyn» d’Alessandro Baricco - Gallimard 2014

Ouvrage reçu dans le cadre de «Masse Critique», opération organisée par Babelio.

4 commentaires :

  1. Réponses
    1. Tant mieux, c'est une lecture qui devrait sans aucun doute te plaire !

      Supprimer
  2. Portrait de femme9 juillet 2014 à 17:47

    L'auteur ne fait-il que des portraits de femmes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, non, pas du tout ;) Il y a Mr Trawley, le jeune homme qui peignait, l'acteur, etc. Mais voilà, la couverture m'inspirait davantage une composition autour du portrait féminin !

      Supprimer