barre horizontale




23 juillet 2014

Une féérie nommée Elmar Trenkwalder

Elmar Trenkwalder. Ce nom ne vous dira sans doute rien. Pourtant c’est celui d’un artiste exposé en France dès 1998, puis à Lyon et à Venise lors des Biennales, et actuellement à Tourcoing au Muba. L'Autrichien Elmar Trenkwalder ne m’évoquait rien non plus, si ce n’est un patronyme elfique ou tout au plus une certaine étrangeté germanique ou nordique.


Actuellement sont présentées à la Cité de la Céramique à Sèvres les pièces qu’il y a conçues dans le cadre de sa résidence. Moi qui ne connaissais pas son travail, j’ai été éblouie. Chaque pièce pourrait servir de test de Rorschach en très grand format : que peuvent évoquer au spectateur les formes créées par l'artiste ? Une église gothique, un temple lointain du Cambodge, une fresque grecque, des ruines, une statue vaudou, des rituels liturgiques ?
Sans doute l’idée de célébration m’est-elle venue de manière récurrente car les œuvres d’Elmar Trenkwalder s’élancent vers le ciel.

Œuvre WVZ 247 © Elmar Trenkwalder, 2014

 La Cité de la céramique insiste sur la dimension suggestive des pièces, mais je ne les ai pas trouvées si phalliques que cela, occupée que j’étais à en observer les détails qui retiennent l’œil. L’artiste incite le regardeur à se déplacer autour de l’œuvre : de loin, de près, à distance moyenne la sensation est fort différente mais toujours magique.
Ces pièces de grès émaillé, entre végétal et animal, entre nature et culture opèrent une synthèse déroutante. J’ai beaucoup pensé à H. R. Giger lors de cette visite, ainsi qu'à la science-fiction : peut-être l’influence du romantisme noir qui émane de l’installation …

Œuvre WVZ 279 © Elmar Trenkwalder, 2014
 
L’artiste ne souhaite pas donner lui-même de clés : ce ne sont pas les titres qui aideront le visiteur dans sa recherche de signification, car ceux-ci sont abscons, de type «Œuvre WVZ 279».
 
Elmar Trenkwalder expose également une sculpture dans le cadre de «Sèvres Outdoors», un festival qui présente des œuvres dans les jardins du Musée. Cette petite promenade mérite le détour tant les œuvres qui sont présentées sont intéressantes.

Jusqu'au 27 octobre 2014

Cité de la céramique
2 Place de la Manufacture
92310 Sèvres

4 commentaires :

  1. Mon QG! Écoute, je suis fort étonnée de ces nouvelles œuvres de celui que j'appellerai familièrement E.T. L'évolution est assez nette: du baroque nous voici au gothique, et du rendu perceptible du travail de la terre voilà un résultat beaucoup plus léché. Je suis soufflée par l'aspect vitrail de cathédrale de l'œuvre que tu présentes en fin d'article. Je vais m'y rendre pour juger sur pièce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que les œuvres présentées au Muba semblent effectivement plus baroques ! Cela donne envie de visite la rétrospective :)

      Supprimer
  2. Cela me rappelle l'esthétique de H.R. Giger, et s'approchent de l'idée que je me fais des sculptures décrites par H.P. Lovecraft dans sa fameuse nouvelle The Call of Cthulhu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah toi aussi Giger ? Quant à Cthulhu, mais oui bien évidemment :)

      Supprimer