barre horizontale




17 octobre 2014

La chute de la maison Lehman vaut bien un polar

Les évènements qui suivirent la chute de la banque Lehman Brothers en 2008 ne furent pas de tout repos, on le sait, pour les banquiers français en général. En particulier pour Venugo, le chef de l’Inspection d’une des plus grandes banques françaises, qui se retrouve un matin de septembre à tenter de faire barrage à un biker armé d'un revolver et utilisant sa moto comme un bélier !

photomontage © vivelaroseetlelilas

Comment Venugo, du Crédit National de France, a-t-il pu se retrouver dans une situation aussi rocambolesque ? C’est ce que nous proposent de découvrir L. Gordon et O. Marbot dans leur roman « La chute de la maison Lehman – Panique à la banque ».

En effet, l’histoire démarre à la veille de faillite annoncée de la célèbre banque. Alors que les marchés financiers sont chahutés et se préparent à une tempête, la situation se complique encore pour Gauthier de Montpazier, Directeur Général, et Venugo, lorsque le président de leur banque est retrouvé assassiné dans son bureau. Comme si cela ne suffisait pas, le corps disparaît.

Les deux hommes vont alors devoir relever le double défi de faire face au choc financier, tout en enquêtant sur ce mystère qui survient au pire moment, un mystère qui prend ses racines au cœur du pouvoir politique mondial et de la finance internationale.

Ce livre est un premier roman pour les deux auteurs, respectivement banquier et journaliste (Olivier Marbot a notamment été rédacteur en chef adjoint de Siné Hebdo). Une connaissance professionnelle des milieux de la finance et de la politique leur permet de produire un ouvrage à la fois divertissant et instructif : on est rapidement plongé dans l’intrigue de l’histoire, et poussé à tourner les pages au rythme des rebondissements qui ponctuent la lecture.
 
Les passages de vulgarisation économique, centrés sur le fonctionnement des instruments financiers sont précis et compréhensibles de tous. On regrette cependant parfois qu’ils ne soient pas amenés avec plus de finesse (des professionnels issus d’HEC ne peuvent raisonnablement s’expliquer mutuellement en quoi consiste la vente à découvert).

Néanmoins, l’ouvrage est à conseiller aux férus de polars économiques.

«Le rayonnement provenait de la pleine lune qui se couchait, rouge de sang, et maintenant brillait vivement à travers cette fissure à peine visible naguère, qui, comme je l’ai dit, parcourait en zigzag le bâtiment depuis le toit jusqu’à la base. Pendant que je regardais, cette fissure s’élargit rapidement […]. La tête me tourna quand je vis les puissantes murailles s’écrouler en deux. — Il se fit un bruit prolongé, un fracas tumultueux comme la voix de mille cataractes, — et l’étang profond et croupi placé à mes pieds se referma tristement et silencieusement sur les ruines de la Maison Usher.»
extrait de «La chute de la Maison Usher» d’Edgar Allan Poe

1 commentaire :

  1. je suis féru de polars, pas forcément économique, alors pourquoi pas.

    RépondreSupprimer