barre horizontale




18 novembre 2014

La Reine des Quatre Royaumes : critique & concours

Oyez, oyez, gentes dames et beaux damoiseaux, lisez donc «La reine des quatre royaumes» qui vous apprendra bien des choses sur la belle Yolande d’Aragon !
Quoi ? Qu’entends-je ? Vous n’avez jamais ouï dire quoi que ce fût sur cette dame-ci ? Diantre, c’est un mal auquel il faut absolument remédier !
Oyez, braves gens, écoutez le récit de la princesse Marie-Christine de Kent !

graphisme © vivelaroseetlelilas

Yolande d’Aragon, à l’aube de ses vingt ans, se marie. Elle quitte l’Espagne pour rejoindre le jeune Louis, duc d’Anjou, pour l’épouser en Arles. Par ce mariage, Yolande devient reine de quatre royaumes : Naples, Sicile, Chypre et Jérusalem. De fait, Yolande n’est pas vraiment souveraine de ces royaumes, surtout pas de Jérusalem. Et encore moins de Naples, qui fut l’Arlésienne de la famille, le rêve de tous les hommes d’Aragon qui combattirent pour récupérer ce territoire qu’ils considéraient leur : le père de Louis II, l’époux de Yolande lui-même, leur fils Louis III…

Yolande d’Aragon règne avant tout sur l’Anjou et la Provence. Partisane des Armagnacs, Yolande est une femme qui dirige, administre, arbitre : elle est souvent seule, Louis II parti combattre en Italie… J’ai d’ailleurs apprécié cette description de son rôle : il montre à quel point certaines femmes pouvaient, au Moyen-Age, être détentrices d’un véritable pouvoir. Même si, souvent, il faut user d’intrigues et placer ses hommes ! C’est un personnage sympathique, pour lequel on sent que l’auteur a elle-même une grande admiration : elle a tenu son rang, réussi à faire aboutir beaucoup de ses prétentions et géré ses domaines avec pragmatisme. Mais elle a également élevé nombre d’enfants (les siens, mais d’autres également, vous le découvrirez en lisant «La reine des quatre royaumes»).

De ce grand roman historique qui brasse les alliances des familles comme le quotidien de la noblesse, et, dans une moindre mesure, des plus humbles, on conserve après lecture le souvenir d’un agréable voyage dans le temps, une lecture qui fait également réviser son Histoire de France (des provocations de Jean sans Peur à Jeanne d’Arc).

On regrette quelques longueurs, quelques lourdeurs, mais les romans historiques sont ainsi faits que lorsqu’ils sont bien étayés on se surprend à bâiller, et lorsqu’ils se mettent à devenir trop fictionnels, le lecteur suspecte immédiatement une trahison historique…

Aussi, je vous propose de juger en vous offrant un exemplaire de ce beau livre, grâce au soutien des éditions Télémaque !

Pour participer :

-il faut être fan de la page Facebook du blog
-envoyez-moi avant le mercredi 26 novembre minuit un mail à l’adresse du blog : vivelaroseetlelilas[@]gmail.com avec votre adresse postale - et le nom sous lequel vous likez ma page Facebook, s’il est différent !
Je tirerai au sort une participation parmi vos mails, et le gagnant recevra un exemplaire de l'ouvrage.

Edit du 28/11/2014 : suite au tirage au sort effectué hier soir, Amandine recevra un exemplaire du roman. Merci à toutes et tous pour vos nombreuses participations !

«La reine des quatre royaumes» de Marie-Christine de Kent - Éditions Télémaque 2014

2 commentaires :

  1. Quelle critique alléchante ! Voilà un roman historique comme je les aime ! Surtout lorsqu'ils se concentrent sur des destins de femmes exceptionnelles ! Je m'empresse de candidater pour ton concours car j'ai très très envie de le lire !
    Merci pour ce concours et cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Aaliz ! C'est un gros pavé, mais on y apprend/révise bien ;)

      Supprimer