barre horizontale




1 février 2015

Trois coeurs de Benoît Jacquot, le DVD anti Saint-Valentin

C’est l’histoire de trois cœurs voués à se briser, fatalement. Dans ce film sur les hasards de l’existence, c’est le destin qui a le beau rôle du méchant.
Il est d’ailleurs accompagné ou précédé d’une musique sombre, presque grandiloquente, le type d’accords qui fait frémir avant qu’un couteau ne s’abatte sur une victime.
 
Un soir, dans une ville de province volontairement innommée, Marc (Benoît Poelvoorde) rencontre Sylvie (Charlotte Gainsbourg).
C’est une sorte de coup de foudre adolescent, le regard, le désir, la marche la nuit, mais quand ils se séparent, oubliant le temps, les contingences, oubliant la vie moderne et ses impératifs, ils omettent de prévoir vraiment, correctement, n’échangent pas leurs coordonnées. 

Survivance de leur échappée, reste le briquet de Marc dans la poche de Sylvie, signe que tout cela n’était pas simplement un rêve - le doute eut été permis.
 

Mais au rendez-vous des cœurs esseulés, quand Marc arrive au jardin des Tuileries, à peine rescapé d’un AVC, il a raté Sylvie. Sylvie, ce n’est pas son genre de chercher (l’homme), de parler (à sa mère), d’expliquer (à son compagnon). Alors elle accepte de partir aux États-Unis. Et peu de temps après, c’est Sophie que Marc rencontre. Sophie qui lui rappelle, sans nul doute, cette rencontre inachevée. Sophie est la sœur de Sylvie - mais ni l’un ni l’autre ne le savent, bien sûr, Sylvie et Marc n’ont partagé qu’une nuit... La tragédie est là, tapie dans une ombre racinienne. Sophie, Sylvie, presque deux homonymes, deux sœurs à l’amour fusionnel. Elles travaillaient ensemble, elles se disaient tout, elles partageaient tout. Sans le savoir, rapidement, elles partagent, des deux côtés de l’Atlantique, l’amour d’un même homme. Lui seul est confronté au choix - qu'il fuit.

Sylvie (Charlotte Gainsbourg) & sa soeur Sophie (Chiara Mastroianni)
 
Au delà de la justesse des interprétations - chacun tenant parfaitement son rôle, le spectateur appréciera l’élégance avec laquelle sont reposées les éternelles questions du désir. Est-ce l’absence qui le nourrit ? L’impossibilité ? L’amour fou, est-ce la passion, est-ce le quotidien ? Les deux sœurs incarnent ces deux faces : l’incandescence du désir et la transgression de l’interdit, et le bonheur conjugal. C’est beau comme l’antique.

Placé sous le signe de la nouvelle vague, ce film de Benoît Jacquot a rencontré un beau succès en salles - les sensibles devraient avoir envie de revoir l’irréelle présence de Sylvie, comme la grâce de Sophie, se manifester à nous serrer notre cœur à nous.

12 commentaires :

  1. Je ne l'ai pas vu, mais j'aimerai vraiment !
    Ton avis me donne encore plus envie de le découvrir !
    Belle journée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Les avis sont évidemment divergents, mais personnellement j'ai bcp aimé. Si tu le vois reviens me dire ce que tu en as pensé !

      Supprimer
  2. Personnellement, ce film m'a énormément déçue. Les acteurs sont bons, la mise en scène maîtrisée et précise, je comprends où Jacquot veut en venir (notamment sur le destin) mais le scénario n'est pas toujours crédible (presque trop écrit), la voix off est insupportable et inutile (et elle arrive un peu soudainement), la musique trop lourde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que cela rentre dans la volonté délibérée de faire du cinéma presque comme du théâtre, pour renforcer l'aspect tragédie, tu ne crois pas ? Mais je comprends que ça puisse déplaire.

      Supprimer
  3. Ouais, j'ai eu aussi des problèmes à entrer dans ce film même si je lui reconnais des qualités. Les personnages jouent très bien mais ne m'ont pourtant jamais vraiment touchée ; la voix off m'a semblée ridicule ; et globalement, à mon grand regret, je me suis copieusement ennuyée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La voix du réal est pourtant assez peu présente, c'est amusant qu'elle ait autant dérangé certaines d'entre vous ! De toute façon, les films ou les livres, les goûts et les couleurs :)

      Supprimer
  4. Je ne l'ai pas vu parce que je n'aime pas spécialement le cinéma de Benoît Jacquot. Même Les adieux à la Reine qui a connu beaucoup de succès m'avait laissé sur ma faim. Mais là tu en parles tellement bien que j'ai bien envie de lui laisser sa chance.

    Merci pour ta participation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas aimé les Adieux à la Reine, et à dire vrai je n'étais pas vraiment certaine de mon choix (contrairement à d'autres films pour lesquels je me dis qu'à coup sûr, je serais emballée). C'est pourquoi cela a été autant une bonne surprise, j'imagine :) Merci pr ton compliment en tt cas ;)

      Supprimer
  5. Je ne dirais pas que le film a connu un beau succes... j'avais vu les chiffres et ca ne m'a pas semblé follichon, par rapport aux acteurs, assez "bankables"...je m'étais dit que le mélo amoureux ne plait pas à tout le monde ce dont je savais déjà... moi j'ai énormément marché je trouve que par rapport à d'autres mélos français amoureux vus récemment - "une autre vie", "les regrets", "partir". le film a une mise en scène qui tranche avec l'académisme par pas mal de partis pris ( une tendance à la théatralité, une facon de filmer certaines scènes comme un thriller, le mélange onirisme réalité...) qui le place nettement au dessus des autres... pour moi il a pas été loin de rentrer dans mes 10 films préférés de l'année, et si l'année ciné avait pas été aussi bonne il y serait allé:o) merci de l'avoir mis dans le défi de Potzina il a tout à fait sa place!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi il me semblait qu'à partir de 300 000 entrées le score était bon ! Mais tu es davantage spécialiste :) Sinon je suis d'accord avec tout ce que tu écris, c'est bien ce que j'ai voulu dire dans ma critique, on est tout à fait d'accord. Mais c'est aussi ce qui a pu rebuter certain-e-s, on le voit également... Merci pr ton com !

      Supprimer
  6. Très bon choix je n'ai pas pensé à celui-ci pour le thème de Potzina il est pourtant magnifique d'ailleurs j'ai regretté qu'il ne soit pas nommé aux césars. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi aussi… Life is unfair ;) Bonne journée également !

      Supprimer