barre horizontale




25 mars 2015

Comédie musicale de Sophie Bassignac, symphonie pour un appartement insensé

Je ne connaissais pas Sophie Bassignac. Erreur ! Mais faute avouée à demi pardonnée, et surtout, bonheur de la découverte de la «Comédie musicale» qu’elle a orchestrée dans son dernier roman (le sixième). Paru chez Lattès ce mois-ci, c’est une drôle de fantaisie qui se joue quasiment en huis-clos.

photographies © vivelaroseetlelilas

Quelque part entre le cynisme de Yasmina Reza et les sucreries d’Anna Gavalda (j’ai parfois pensé à un «Ensemble, c’est tout» vitaminé à la coke), Sophie Bassignac nous convie dans un appartement en plein capharnaüm. Tout y est sens dessus dessous. Les êtres, les sentiments, les choses.

Il y a le noyau dur de leurs habitants légitimes : les superbes Max et Raphaël, cousins dont on sent dès le début de l’intrigue qu’ils jouent malgré eux une étrange partition, sur des instruments désaccordés. A ce duo infernal d’enfants terribles, il faut ajouter une jeune femme «montée à Paris», colocataire improbable mais somme toute évidente.
Puisque les deux cousins ont hérité de leurs mères sœurs si jumelles que presque siamoises, retraitées du cinéma, leurs métiers d'accessoiriste et de restaurateur, Louise, apprentie Rita-Gilda, nostalgique des Cary Grant et Gary Cooper, devrait être la compagne idéale.

Mais c’est sans compter les tics et tocs de Max, les névroses morbides de Raphaël (et inversement). Dans cet appartement, souvent, on trouve la voisine du dessous. Cécile a la cinquantaine, rugissante sur les estrades des amphis de l’Université, «coach à thèses réservé aux meilleurs», mais moins florissante dans son intimité, en alcoolique portée sur le gin glacé.
Alors que Paris s’enfonce dans la neige, le quatuor recueille Eva, évanescente créature vêtue de blanc, enfuie de sa prison dorée de belle endormie. Mais le sort de l’appartement est en sursis : les sœurs Valette ont décidé de vendre…

Présenté comme un conte d’hiver par son éditeur, JC Lattès, «Comédie musicale» en a nombre de caractéristiques. Mais à trop vous en dévoiler, je crains de vous faire perdre le plaisir de découvrir les rebondissements qui font le charme un rien pervers de ce récit. A vous de jouer !

«Comédie musicale» de Sophie Bassignac - JC Lattès 2015

6 commentaires :

  1. Ton billet est très bon comme d'habitude mais je ne peux pas te dire pourquoi, je sens que ce livre n'est pas pour moi.
    Peut-être que je changerai d'avis lors de mes pérégrinations futures en librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bcp Claire :) Je comprends, parfois à la lecture d'une critique on n'est pas pour autant convaincu-e, même si le texte est enthousiaste !

      Supprimer
  2. et hop, dans ma liste de livres à lire !! Merci !

    Estelle
    lamodeestunjeu.fr

    RépondreSupprimer
  3. je ne connais pas non plus cette auteure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne découverte ! Quant à moi je pense me rattraper avec ces précédents livres :)

      Supprimer