barre horizontale




28 mars 2015

Honor Bright, dernière fugitive imaginée par Tracy Chevalier

Tracy Chevalier est une valeur particulièrement précieuse de la littérature moderne. A mes yeux, et à ceux d'innombrables lectrices (je présume, plutôt que lecteurs). Avec elle, vous est donnée l’immersion totale dans un monde : l’Angleterre de William Blake - le quotidien de Vermeer - la recherche de fossiles dans le Dorset - les traditions des lissiers bruxellois au Moyen-Âge -etc, et vous n’en ressortez que lorsque vous avez terminé le roman.

photomontage © vivelaroseetlelilas - quilt quaker du milieu du 19ème, contemporain de l'intrigue du roman

J’ai lu tous les romans de l’Américaine et je suis donc en mesure de vous donner les ingrédients qui composent la recette de l’auteure. A chaque fois, il s’agit d’un roman historique (exceptionnellement, à demi-historique), systématiquement, à hauteur d’homme (c’est-à-dire que Tracy Chevalier n’aime pas la fresque, elle apprécie la microhistoire), toujours, avec une problématique particulière (en général, un savoir-faire : celui des tapissiers, un talent : essentiellement celui d’artistes, peintres, poètes), et une intrigue qui n’oublie pas les essentiels rebondissements amoureux. D’autres utilisent cette recette, bien évidemment. Mais voilà, Tracy Chevalier est excellente là où d’autres finissent par décevoir ou lasser.

Une fois que je vous ai dit tout cela, vous ne serez pas étonnés de retrouver les éléments pré-cités dans «La dernière fugitive», dernier livre de l’écrivaine : le roman historique se situe cette fois au milieu du 19ème siècle, dans un milieu quaker. L’héroïne, Honor Bright, fuit une rupture amoureuse humiliante en embarquant avec sa soeur Grace pour les jeunes États-Unis d’Amérique. Son savoir-faire à elle ? Ses dons de couturière, car elle est particulièrement habile dans la confection de magnifiques quilts. Ainsi, vous voilà plongés dans l’Amérique du mythe de la frontier, à suivre les pérégrinations solitaires d’Honor afin de rejoindre le promis de sa sœur malheureusement décédée à l’arrivée du bateau.

La jeune femme rejoint ainsi sa destination au fin fond de l’Ohio - non sans avoir fait une halte à Wellington, où elle se fait l’amie d’une indépendante modiste. Dans une ville qui mérite à peine ce qualificatif, Faithwell, elle doit rapidement se faire une place, indésirable qu’elle est dans la maison qui attendait Grace. Le mariage semble la seule solution.

Mais l’Ohio est un passage obligé du «chemin de fer clandestin», ce réseau de passeurs qui aident les esclaves en fuite vers le Canada, vers la liberté. Pourtant surveillée par un intriguant chasseur d’esclaves et peu soutenue par ses Amis, Honor tente d’apporter sa contribution à la cause abolitionniste…

Évidemment, j’ai une fois de plus été emportée par la plume de l’auteure. Elle a réussi à m’intéresser à une communauté qui m’évoquait des paquets de céréales (après recherches, peu de rapport), ou, plus angoissant, le tableau du quaker Grant Wood «American Gothic» (ces deux Américains sinistres, boutonnés jusqu’au cou, représentés tenant une fourche devant un chalet néo-gothique) - et presque aux quilts, notamment grâce à ce patchwork de vies auquel il peut ressembler (je vais devoir vous laisser lire «La dernière fugitive» pour comprendre ce que je veux dire).

8 commentaires :

  1. Comme toi, j'aime beaucoup cette romancière mais il me reste encore trois de ses titres à lire dont celui-ci, j'espère que je serai aussi séduite que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avantage c'est qu'elle sait se renouveler sur les thématiques ! Même si a priori son prochain roman d'après son site officiel devrait qd même un peu ressembler à celui-ci : il débute dans l'Ohio, au 19ème, etc.... Bonne lecture :)

      Supprimer
  2. Je n'ai lu que La Jeune Fille à la perle que j'avais beaucoup aimé. L'histoire de celui-ci semble très intéressante aussi... Le passage sur les céréales m'a bien fait rire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une petite touche d'humour ne fait pas de mal ;) En fait j'ai découvert que les inventeurs des céréales avaient utilisé la référence parce que les quakers étaient réputés pour être honnêtes !

      Supprimer
  3. Ce titre m'attend sagement sur ma PAL.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai commencé à le lire et je suis tout à fait d'accord avec toi : mêmes ingrédients à chaque fois ! J'accroche moins au personnage qu'à ceux de ses romans précédents...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'était pareil au début, mais tu vas voir tu vas finir par l'adorer ;)

      Supprimer