barre horizontale




6 mai 2015

DE LAURENTIS : une douceur électro-pop en vente libre

En mai, fais ce qu’il te plait. Un deuxième article de suite consacré à un musicien, une musicienne cette fois-ci. Du punk engagé passons à l’émotion électro de DE LAURENTIS, jeune femme qui sort un EP gracieux.

Entre réverbérations dark et synthés tristes, la jeune femme tisse une toile légèrement psychotique, qui émeut et rend heureux (comme souvent la pop, paradoxale). 
Sa voix a quelque chose de celle de Feist, mais on pense aussi à Laurie Anderson ou à la Norvégienne Susanne Sundfør plus encore.

Chanteuse, interprète, productrice, (Cécile) DE LAURENTIS nous mène sur un chemin déjà emprunté, certes, mais sur lequel elle sème ses propres mélodies - ma préférence sur cet EP si réussi va à «I follow rivers», une reprise de Lykke Li : peut-être parce que son chant se fait légèrement plus rauque par moments, rebroussant d’autres moments planants, et que la chanson est particulièrement entêtante. Avec ce type d’électro féminin, on est toujours un peu proche de la ritournelle légèrement bizarre mais adorable qu’on croit être le seul à aimer.

La diversité des morceaux de «Sparrow» est notable pour un EP : il y a évidemment le titre éponyme, en ouverture, qui démontre bien - façon générique mélancolique - ce que sera l’univers musical dans lequel on lévitera ; «The Angel», morceau lunaire qui m’a fait songer à l’album de Rozi Plain, «Friend», sorti en début de semaine - même délicatesse polie au son de vieux vinyle qui crépite au coin du feu (le visuel en couverture, comme les photos à l’intérieur, nous immergent dans ce rétro nouveau - légèrement esthétisant, tant mieux). Et puis «Silent home», plus douloureuse. Quant à la dernière piste, elle relance la danse avec un son plus rythmé.
Six titres à découvrir en avant-première jeudi 21 mai à l’OPA.

Ceux qui n’aiment pas le principe des loops devront passer leur chemin, aux autres de découvrir celle qui pourrait être la fille branchée de Jacno !
 

En concert le 1er juin au Réservoir à Paris - Actu à suivre sur Facebook

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire