barre horizontale




7 juin 2015

La fresque ottomane de Theresa Révay : L’autre rive du Bosphore

Après «Dernier été à Mayfair», qui s’attardait sur la fin du grand 19ème siècle en Europe, Theresa Révay a continué à s’intéresser peu ou prou à la même époque. Même si pour «L’autre rive du Bosphore», elle se place non pas avant le premier conflit mondial mais juste après la défaite de la Triple Alliance, dans la ville qu’on appelle encore Constantinople.
 
montage © vivelaroseetlelilas
 
L’intrigue se déroule sur les courtes années qui séparent la fin de la guerre et l’effondrement de l’Empire ottoman. Dans la ville occupée par les Alliés, la demeure de Leyla et Selim est réquisitionnée au bénéfice de la famille d’un officier français, Louis Gardelle. Traumatisé par les tranchés, psychologiquement ébranlé par la Grande guerre, Louis attend avec appréhension l’arrivée de sa femme, Rose, et de sa fille. Selim a obtenu du Français un partage de la demeure, donnant en partie satisfaction à sa mère, Gülbahar, figure hiératique et autoritaire gardienne des traditions ottomanes.

Leyla est le personnage principal du roman, héroïne inspirée par une personnalité ayant réellement existé. Belle, rebelle, talentueuse et courageuse, Leyla transgresse une à une les coutumes anciennes. En osant écrire contre le sultan, alors que son mari est un proche collaborateur de Mehmet VI, en soutenant Orhan, son frère engagé dans les luttes nationalistes, Leyla s’affirme peu à peu. Et fait la connaissance des camarades d’Orhan : Gürkan et Hans, archéologue allemand passionné par les Hittites.

«De l’Occident, Leyla Hanim voulait la pensée moderne, la liberté d’esprit, la contradiction, mais elle en rejetait l’égoïsme. De l’Orient, elle garderait toujours la sensibilité et la sincérité.»
 
Tandis que Louis Gardelle s’éprend d’une aristocrate russe en fuite et réduite à la prostitution, sa femme, persuadée qu’il est séduit par Leyla, fouille le haremlik - la partie de la maison réservée aux femmes que Louis a laissé la famille habiter.
Les jeux de pouvoir et de séduction entre tous les personnages ne font alors plus que s’intensifier, comme les combats menés par Mustafa Kemal en Anatolie...

Le livre est très documenté mais reste un excellent roman historique, haletant. Plus original que «Dernier été à Mayfair», j’ai trouvé que «L’autre rive du Bosphore» surprenait. L’histoire d’amour n’est pas celle à laquelle je m’attendais, certaines péripéties sont à la fois imprévisibles et absolument crédibles, ce qui fait du livre une fresque extrêmement réussie. Les personnages, comme autant de clés et symboles des mutations de l’époque, sont tous intéressants et j’ai même fini par ressentir de l’empathie pour cette affreuse Rose Gardelle, à l’heure de sa mort.

Les derniers rebondissements entre les protagonistes accompagnent les ultimes respirations de l’empire. J’imagine sans mal l’enthousiasme des jurés qui a conduit à la remise du prix Historia au livre !
Et vous, avez-vous déjà lu des romans de l'auteure ?

Prix Historia du roman historique 2014
«L’autre rive du Bosphore» de Theresa Révay - Pocket 2015

12 commentaires :

  1. J'ai lu La louve blanche et sa suite Tous les rêves du monde que j'ai beaucoup aimé.
    Du coup, je pense bien découvrir celui-ci, surtout après avoir lu ton avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Et moi je compte lire les premiers, après l'avoir découverte tardivement !

      Supprimer
  2. Moi qui rêve d'aller à Istanbul et que l'histoire de la Turquie passionne, ton billet me fait rêver. Je m'empresse de noter ce titre ! Merci beaucoup Rose pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu apprécieras les nuances de TR et son objectivité historique !

      Supprimer
  3. Et puis avoir sous la main le grand livre de photos d'Ara Guler préfacé par Orhan Pamuk...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment, cela va sans dire ;) Merci cher Beauceron

      Supprimer
  4. Comme toi je n'ai lu que Dernier été à Mayfair qui m'avait plu, il faudrait que je lise à nouveau cette romancière et pourquoi pas avec ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vraiment, je te le conseille. Cela m'a fait beaucoup de bien cette lecture qui permet une immersion totale :)

      Supprimer
  5. Theresa Révay7 juin 2015 à 18:29

    Merci infiniment pour ce magnifique billet sur mon roman "L'autre rive du Bosphore". Je suis ravie que cette histoire vous ait plu. J'ai pris un grand plaisir à retracer aussi fidèlement que possible l'époque, la situation historique et les psychologies des personnages. Ce fut un bonheur fou de découvrir Istanbul et de rendre un modeste hommage à cette ville magnifique et à l'âme fervente des femmes ottomanes.
    Merci de tout coeur !
    Theresa Révay

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire qui me touche beaucoup. C'était difficile d'en dire sans dévoiler beaucoup d'éléments de l'intrigue dont on voudrait parler ! Camille

      Supprimer
  6. Quel beau billet Camille! Tu donnes très envie de découvrir ce titre (surtout qu'Istanbul fait partie de mes destinations rêvées!)
    J'avais lu le Dernier été à Mayfair qui m'avait plu. Et je pense que je me plongerai prochainement dans ce titre. Il me paraît parfait pour voyager en période estivale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3 Oui une lecture idéale pour préparer un prochain voyage ! A très vite (j'en conclus que nous sommes nombreuses à avoir commencé par Dernier été à Mayfair ! )

      Supprimer