barre horizontale




20 août 2015

Rentrée littéraire 2015 #1 : Pierre Raufast, La variante chilienne

L’année passée, j’ai eu la chance de découvrir rapidement, avant l’emballement général, le premier roman de Pierre Raufast (et donc avant tout spoil). Dans «La fractale des raviolis», les histoires, multiples, s’encastraient telles des poupées russes dans le schéma délirant de son imagination enfin à la merci du grand public. Un an plus tard, l’auteur propose «La variante chilienne», nouvelle compilation de récits mais organisés de façon tout à fait différente - et en même temps, d’une telle manière que l’on reconnait la marque de l’écrivain immédiatement.

photomontage © vivelaroseetlelilas

Dans ce roman, légèrement plus grave peut-être, même si l’on riait souvent jaune déjà avec la Fractale, un professeur de philosophie - le bien nommé Pascal, accompagné de Margaux (ce qui est logique puisqu’il sera question de boire des vins de qualité), en rupture avec l’année qui vient de se dérouler, font la rencontre de Florin. Une rencontre imprévue, puisque Margaux fuit plus ou moins l’oppressant domicile parental tout autant qu'une mauvaise rencontre et qu’il est plutôt d’abord question qu’elle ne se montre à personne… Sinon, pourquoi seraient-ils venus si discrètement dans la vallée de Chantebrie ?

Mais Florin n’est pas seulement un mystérieux personnage qui a appris le monde dans les livres et l’a éprouvé dans toute sa réalité, il est également un sacré charmeur. Shéhérazade de Saint-Just-sur-Harmac, il envoûte Pascal et sa disciple en leur contant sa drôle de vie (aucun rapport avec Sanson), qu’il fait chatoyer en caressant de petits cailloux renfermant la mémoire qui lui manque depuis un terrible accident…

C'est pourquoi il est question d'un village où il plut pendant une dizaine d’année, sans interruption, dans lequel les habitants ne savaient plus à quoi ressemblait le soleil. De son travail dans une entreprise de pompes funèbres, entourés d’hommes aux surnoms funestes. Puis, sans rapport, de sa rencontre avec Borges. De la vengeance d’Alphonse, mari cocufié au mauvais caractère, partenaire de jeu. Tant d’autres !
Pascal aussi raconte. Les amours contrariées de son père et de cette grand-bourgeoise d’Émilie, deux gentils jeunes gens séparés à cause d’un diamant qui a brûlé comme une feuille de papier. Margaux, de son côté, va donner sa version de la mort de sa mère, car «Il y a toujours plusieurs histoires pour une seule vérité».

Chacun, se livrant ainsi, autour de pain et de fromage, donne envie au lecteur d’intégrer cette petite confrérie qui partage le goût des bonnes choses autant que celui des belles histoires, aussi tendres que caustiques.

«La variante chilienne» de Pierre Raufast - Alma 2015

4 commentaires :

  1. Un retour avec un très joli titre dont je n'entends que du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est que justice ! Merci pr ton passage :)

      Supprimer
    2. De rien. ;)
      Le voilà sur ma PAL... Avec la Fractale.

      Supprimer
  2. J'ai passé 3 bonnes soirées avec la variante chilienne

    RépondreSupprimer